Alors que les grandes puissances font des pieds et des mains pour acquérir les vaccins anti-covid mis sur le marché, la Tunisie, elle, a préconisé une stratégie beaucoup plus sûre pour sa population et surtout pour son économie.

En effet, une réunion s’est tenue hier entre les représentants de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes, du ministère de l’économie et Om Talel Dridi, 54 ans et qui intervient régulièrement avec 3 profils différents sur la page Facebook du Ministère de la Santé. Cette réunion a eu pour but de définir la stratégie de vaccination de la Tunisie en fonction de trois facteurs : l’importance de la vie humaine dans l’absolu, le budget pouvant être alloué à la campagne et l’avis d’Om Talel sur l’innocuité du vaccin d’après une vidéo en allemand visionnée sur YouTube.

Après 1 minute 24 secondes d’intenses débats et la présentation, en espèces, des 12DT550 restants prévus à la prévention de la Covid-19, il a été décidé à l’unanimité d’abandonner toute campagne de vaccination jugée superflue et coûteuse dans l’état actuel des choses et son remplacement par une stratégie en adéquation avec la réalité du pays.

La solution proposée est de ramasser les seringues usagées des centres européens de vaccination et d’injecter ce qui en reste aux personnes les plus à risque du pays.

Cette idée présente de nombreux avantages dont le coût relativement bas et l’inexistence d’effets secondaires sur les personnes vaccinées au vu de la quasi-absence de vaccin restant dans les seringues.

Un sens de débrouillardise à la tunisienne qu’on ne peut que saluer au moment où des puissances mondiales peinent à fixer une feuille de route pour la vaccination de leurs populations.

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici