La publication d’une étude scientifique réalisée par le département « sciences de l’information » de l’université de Mannouba en collaboration avec l’équipe de recherche sur l’intelligence artificielle de l’institut supérieur des études coraniques de Benghazi a suscité une vive polémique au Maghreb. D’autant plus que le docteur Ghawwar, grand homme de sciences qui a chapeauté ce projet, est porté disparu.

Un projet ambitieux

« Au départ, nous n’avions pas une image claire de ce qu’est internet. Une étude d’investigation préalable a été nécessaire, plusieurs questions ont été posées à un échantillon représentatif d’internautes tunisiens » , nous explique Houcine Ben Meme, collaborateur du docteur Ghawwar.

77% des tunisiens « ne savent pas qu’internet existe en dehors des publinets (les cafés internet),  85% des jeunes tunisiens sont convaincus « qu’internet appartient à Marc Dorcel et  Brazzers« , 99% des internautes « ne peuvent pas définir le lien entre internet et facebook » , 12% pensent « qu’internet n’existe pas »,  tels sont les chiffres révélés dans l’introduction de cette étude.

« Nous nous sommes sentis comme investis par une mission divine. Nous voulions apporter la lumière sur internet aux maghrébins mais aussi à toutes les populations du monde arabe, » se rappelle Mounir Trolldjmane, doctorant supervisé par le docteur Ghawwar.

Facebook n’est pas l’unique service proposé par internet

La conclusion de cette étude est venue couronner un travail de quatre ans.

« Qui aurait-pu croire qu’il existait autre chose en dehors de Facebook? Nos conclusions sont formelles: il y a des « sites » à découvrir. Nous en apportons ici les preuves statistiques, » affirme Moez Bel Geek, assistant du docteur Ghawwar. « Je suis sur que cette découverte va participer à un changement de perception, une petite révolution dans les esprits qui nous incitera, peut être, à utiliser internet de façon plus avantageuse. »

Une réticence du grand public

Depuis l’annonce des résultats de cette étude, plusieurs internautes tunisiens n’ont pas manqué de dénoncer « la mauvaise foi » et « le manque de patriotisme » de ces chercheurs. Certains ont même cité des verstes du coran qui selon eux, confirment l’idée que « facebook est internet ». La bataille des idées ne fait que commencer.

La passion d’un homme

Porté disparu depuis plus d’une semaine, le docteur Ghawwar, architecte de cette étude controversée a été retrouvé ce matin à l’hôpital psychiatrique de la Mannouba où il a été interné à sa demande. Il refuse de s’adresser à la presse. Selon nos sources, il semblerait que le chercheur a vécu un choc émotionnel lors de la découverte des résultats de l’étude. Il ne s’agit donc pas d’un kidnapping orchestré par des milices affiliées à Mark Zukerberg comme l’ont affirmé plusieurs médias locaux (shems Fm, Al Chahed, Al Sada…)

Affaire à suivre.

Réagir