« Trop, c’est trop ! ». C’est en ces termes que M. Escherichia, doyen de la colonie de bactéries du même nom, nous a exprimé son ras-le-bol à la suite de la mésaventure vécue dans une gargote de Bab El Khadhra à Tunis.

« On était venu avec la famille et les collègues pour se ressourcer après l’épidémie de gastro sur laquelle on a bossé tout le mois de mars, raconte M. Escherichia. Quoi de mieux qu’un plat tunisien, un leblebi, un kefteji et des fricassées pour recharger les batteries après un mois de dur labeur ? »

En dépit de sa longue expérience, M.Escherichia, qui est pourtant un spécialiste mondial du domaine, n’a pas pu supporter le manque d’hygiène des lieux et plus encore, celui du propriétaire de la gargote. « La dernière fois que j’ai été confronté à des conditions aussi extrêmes, c’était lors de la mycose vaginale de Meherzia Laabidi (NDRL septembre 2013), au cours de laquelle nous avons perdu la moitié de la colonie, décédée par asphyxie. »

M. Escherichia a donc décidé de porter plainte auprès des services d’hygiène de la ville et il espère que cette gargote sera fermée le plus rapidement possible. « J’en ai vu des saloperies dans ma vie, mais là, c’est le pompon ! ». Il a d’ailleurs longtemps hésité entre porter plainte et recruter le tenancier de cette taverne pour lui donner un coup de main lors des périodes d’épidémie.

« J’ai bossé pendant des années à la morgue de La Rabta en tant que bactérie nécrophage et, même sur un cadavre en décomposition, je n’ai jamais trouvé une merde pareille ! En tout cas ce qui est sûr, c’est qu’on ne remettra plus jamais les pieds dans ce boui-boui ;on aurait trop peur d’y choper une infection, continue la bactérie, outrée. J’ai d’ailleurs écrit un post sur la page Facebook « On a Infecté Pour Vous » pour prévenir mes congénères, surtout les plus jeunes, du danger. »

Le dossier est actuellement sur le bureau du directeur du service d’hygiène de la Ville de Tunis, qui a promis à notre correspondant sur place de s’en occuper d’urgence.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here