Un forfait de 500dt/vol pour les bagagistes de l’aéroport

0
616

Fraîchement auréolée du prix Nobel de la paix, l’UGTT n’entend pas s’arrêter sur sa lancée. Menée par un Houcine Abassi de toutes les batailles, l’Union du travail est sur le point de faire passer une mesure novatrice et révolutionnaire dans le droit du travail.

En effet, c’est au bout d’une collaboration qualifiée de fructueuse avec le ministre de tutelle qu’a été annoncé en grandes pompes le contenu de cette mesure phare. Une mesure qui devra être soumise au vote de l’ARP en vue d’une promulgation que l’on imagine déjà acquise. Et pour cause, elle viendra changer le quotidien des bagagistes des aéroports, une catégorie professionnelle marginalisée, voire stigmatisée à tort par un tout un pan de la société.

En son article premier, ce projet de loi garantira à tout bagagiste « le prélèvement discrétionnaire de tout bien se trouvant dans les bagages des passagers, et ce dans la limite d’un plafond révisable sur une base annuelle ». Pour l’année 2015, un plafond de 500 dinars / cm cube de bagage et par vol a été fixé par le SERGA*.

En marge de cette annonce, Houcine Abassi a insisté sur l’importance de ce projet de loi qui, « […] outre son caractère avant-gardiste, incarne deux des valeurs fondatrices de l’UGTT : la solidarité et l’équité sociale » Selon le premier syndicaliste du pays, cette mesure « matérialisera la solidarité des classes aisées, plus à même prendre l’avion, avec des bagagistes sous-payés, exerçant un métier pénible, et obligés de braver l’illégalité pour se servir dans les bagages des voyageurs. »

Ainsi, cette mesure qui confine au génie aura pour vertus de « légaliser le prélèvement, soulager les caisses de l’État d’une potentielle augmentation qui aurait été demandée par le syndicat des bagagistes, d’apaiser le climat social en évitant grèves et négociations avec le gouvernement et l’UTICA, et de faire supporter le fardeau financier aux plus nantis qui n’abusent que beaucoup trop d’évasion fiscale. »

Emboitant le pas à Houcine Abassi, le ministre du travail n’a pas tari d’éloges sur cette proposition [qui] « fleure bon le vent réformateur ayant soufflé sur la Tunisie à l’époque de Khaireddine Pacha ». Il a appelé de ses vœux une rapide promulgation de la loi, pour une immédiate entrée en vigueur. Par ailleurs, il a émis le souhait de voir les passagers « jouer le jeu, en faisant l’impasse sur les cadenas et autres films protecteurs, de sorte à faciliter l’accès des bagagistes aux valises ». Il a également affirmé sa foi en la fibre citoyenne des voyageurs « qui se garderont de faire monter en cabine les objets les plus coûteux, réduisant d’autant l’assiette de prélèvement des bagagistes ».

*SERGA : Service Etatique de Racket et de Généralisation des Abus, une autorité administrative indépendante rattachée à Hafedh Caid Essebsi et présidée par Chefik Jarreya.    

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here