Suède : le Tunisien qui a demandé à ce qu’on arrête de fumer dans un hôpital obtient le statut de réfugié politique

0
5323

Taher Labyedh, 24 ans, étudiant en master à l’université de Stockholm vient d’être affublé du statut de réfugié politique en Suède. Après une bataille judiciaire qui a duré plus de trois ans, le jeune homme obtient enfin le droit de rester sur le sol européen.

Énorme soulagement donc pour Taher et tout son entourage. Un coup dur pour l’Etat tunisien qui se retrouve encore une fois au centre des critiques de plusieurs organisations internationales des droits de l’homme. En effet, Taher Labyedh est le second réfugié politique après Ghazi Béji dans la Tunisie post-révolutionnaire. D’ailleurs, ils ont, à quelques détails près, vécu la même mésaventure: la publication sur Facebook d’un post offensant qui provoque une indignation nationale, des avocats vertueux qui portent plainte et des procès express qui donnent lieu à des jugements expéditifs.

« Je savais que je risquais ma vie en dénonçant les conditions lamentables de nos hôpitaux. Je dois vous avouer que ma dernière visite à El Rabta avec ma mère m’a énormément marqué. Un vrai fumoir cet hôpital! On fumait même dans les blocs opératoires, » nous confie Taher avec un air désemparé. « En postant le texte décrivant ce que j’avais vu ce jour là, je ne m’attendais pas du tout à une telle réaction de la part de mes amis internautes. Je peux vous dire que j’ai vécu un véritable lynchage, pire que celui vécu par votre journal après la publication de l’article dénonçant la récupération politique de la mort. Quant au post en question, il a été signalé en masse. Facebook l’a immédiatement retiré. »

C’est donc à bord d’une embarcation clandestine que Taher a pu quitter la Tunisie échappant ainsi à une mort certaine. Son portrait était placardé aux quatre coins du pays, sa famille recevait quotidiennement des lettres de menace, il ne pouvait plus se déplacer sans se déguiser. Le bonhomme est passé par l’Italie, l’Allemagne, les Pays Bas, le Danemark pour finalement s’installer en Suède.

« Reste maintenant l’adaptation à ma nouvelle vie scandinave. L’autre jour, j’ai vu un gars embrasser une fille devant un policier! » (rires gênés)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here