Social : Les policiers seront désormais indemnisés s’ils contractent une MST en violant un suspect

0
1500

Grande victoire pour le syndicat des forces de sécurité intérieure qui vient d’obtenir un avis favorable du gouvernement tunisien pour toutes les revendications exprimées lors de la manifestation des 500 policiers (500 selon les organisateurs) à la Kasbah vendredi dernier.

Un des acquis phares de cette mobilisation est l’indemnisation systématique des forces de l’ordre atteints d’une MST suite à un viol de suspect inhérent à l’exercice de leur fonction.

« Attraper une maladie sexuellement transmissible est un risque que nous courons tous au cours des interrogatoires ou des arrestations arbitraires que nous pratiquons. Les policiers ne sont pas à l’abri d’un champignon, d’une verrue ou même du SIDA pendant l’administration d’un viol à un individu généralement récalcitrant. C’est pour ça que l’indemnisation est une victoire importante pour nos agents. » Nous a confié Mohsen Baggouri, un des officiers de police présents à la manifestation.

Le syndicat a, en outre, précisé que « la honte doit changer de camp » et que les citoyens interrogés doivent signaler toute infection ou pathologie à leurs policiers de tutelle ou de se prémunir d’un préservatif en prévision d’un contrôle de routine afin d’éviter une hécatombe chez les agents du ministère de l’intérieur.

Le gouvernement a promis de son côté d’officialiser cette mesure avec un tableau d’indemnisation en fonction des maladies contractées. Celui-ci ne prendra pas en compte les dommages causés par les viols à la matraque (appelé communément « cure-merde ») car le policier est tenu de désinfecter son outil de travail après chaque utilisation.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here