Sfax: Délocalisation de l’hôtel de ville à Genève pour plus de prestige

Auteur d’une sortie remarquée dans les médias mardi dernier, le maire de Sfax défraye la chronique avec son combat effréné pour redorer le blason de sa ville. Pour ce faire, rien n’est trop grand. Rien n’est trop cher.

0
1891

Estimant la berline haut de gamme nécessaire mais non suffisante pour illustrer le prestige de la capitale du sud, Mounir Elloumi compte bien mettre les petits plats dans les grands pour permettre à sa ville de rayonner non seulement à l’échelle du pays, mais au yeux du monde entier. A ce titre, l’ambitieux maire a décidé de délocaliser l’hôtel de ville dans un endroit qui ferait de la cité un exemple de prestige. Ce dernier avoue avoir mis du temps pour trouver l’endroit idéal.

C’est seulement après plusieurs jours de réflexion continue que la lumière fut: en commandant sa montre de fonction auprès d’un joaillier de renom, Celui qu’on surnomme le Jacques Chirac de la route de Gremda s’est décidé pour Genève. Passant immédiatement à l’action, il a profité de la livraison de sa Patek Philippe de 120.000 euros au musée de la marque donnant sur le lac Léman pour aller repérer le nouveau local de l’hôtel de ville.

Aidé par plusieurs agents immobiliers mandatés à cet effet, le choix s’est posé sur un sobre hôtel particulier de 2000 mètres carrés avec vue sur lac. Le financement de l’acquisition immobilière n’a pas été difficile puisqu’il a suffi d’annuler le projet du nouveau stade de Sfax pour mobiliser les fonds nécessaires.

Ensuite, il a fallu financer les prestations de Marcio Kogan pour l’architecture d’intérieur, les meubles Roche Bobois, Ligne Roset et Knoll, ainsi que des tapis persans spécialement affrétés par hélicoptère d’Ispahan. Encore une fois, l’homme fort de Sfax a fait parler son sens des priorités en piochant dans le budget du projet Taparura (NDLR: mis à l’arrêt jusqu’à nouvel ordre).

Si les dernières prestations n’ont pas coûté très cher, le reste du budget à servi à financer la location à l’année de la suite royale du Four Seasons des Bergues au titre de logement de fonction, l’acquisition d’une Bentley Mulsanne (minimum syndical pour rouler en Suisse), et d’un jet privé de type Falcon 50 afin de faciliter les allers-retours à Taniour.

Au dernières nouvelles, Mounir Elloumi songerait à subir une chirurgie esthétique pour avoir le visage de Georges Clooney, afin de donner un meilleur visage des sfaxiens autour du globe.

La rédaction.

Réagir

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.