Selon le porte-parole du Massar, Samir Bettaïeb, l’Union Pour la Tunisie a été une expérience enrichissante, mais il est temps de changer de cap.

« Nous avons été trahis, certes, mais nous ne baisserons pas les bras pour autant. Il nous faudra retrouver un nouveau souffle après les élections. C’est Madame Selma Baccar qui a eu cette idée de génie. Comme quoi, ça sert à quelque chose d’avoir des artistes au sein du parti. Ça apporte la touche de créativité qui manque à beaucoup d’autres formations comme le Joumhouri ou le Takatol, qui n’ont pas encore pensé à l’après-élection. »

Cette décision a néanmoins suscité de nombreuses réactions hostiles, à l’image de celle de Karima Souid, qui est sortie encore une fois de son silence pour dénoncer l’usage de la langue arabe lors de cette déclaration et le fait qu’elle n’ait été mise au courant que par l’intermédiaire d’un interprète après deux jours. Elle sera affectée au nettoyage des toilettes et sera uniquement payée aux pourboires, afin d’éviter tout contact avec la clientèle et ainsi tout problème de communication. Une autre voix, celle de Ahmed Brahim, s’est élevée dans un balbutiement incompréhensible qui s’est avéré être un délire dû à une fièvre qu’il aurait attrapé en dormant face à la clim sur son siège à l’assemblée constituante.

Le PTPD, allié du Massar dans la coalition, a quant à lui préféré s’allier au PSG pour former une équipe de foot minimes qui participera à la prochaine coupe Délice Danone.

Réagir