L’annonce de la création du nouveau média a provoqué une levée de boucliers dans l’opinion publique tunisienne, ainsi que dans le milieu du show business et du journalisme. Des voix se sont élevées pour exhorter la HAICA à prendre des mesures conservatoires voire même à interdire la diffusion de ladite radio.

La raison invoquée par nos valeureux journalistes était la non-compatibilité de l’autorisation à émettre d’une radio gay avec les valeurs morales et religieuses de la société tunisienne. Amine Gara rencontré dans un bar cabaret du centre-ville nous a exposé son point de vue entre deux bières et une assiette de fèves, entouré de Fatma Garage et Halima Hangar (deux amies “proches” d’après ses dires) : « on est musulmans avant tout, et l’homosexualité ne fait pas partie de nos valeurs. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour arrêter cette hérésie. D’ailleurs Baalouch et Migalo sont en train de composer une chanson dans ce sens qui aura pour titre « Koun Methli, ama mouch methli! ».

La HAICA, sollicitée de toutes parts, a fini par prendre une décision qui a satisfait toutes les personnes que cette webradio a choquées et qui se sont senties touchées dans leur islamité et leur tunisianité. Il a été décidé de condamner les promoteurs et les animateurs de cette radio à écouter en boucle les émissions de Amine Gara, Baalouch et Migalo. A cet effet, les condamnés ont été incarcérés à la prison de La Mornaguia où une aile leur a été réservée avec des baffles qui diffusent en continu les émissions de Amine Gara et sa fine équipe.

Les condamnés ont dès les premières minutes d’écoute décidé d’entamer une grève de la faim. « Imposer les blagues de Baalouch et Migalo aussi longtemps est une infamie digne des pires moments de la dictature » s’est inquiété leur Rebah BelKadhi, leur avocat. Lors de la diffusion du « négociateur » (NDLR: partie de l’émission où Amine Gara propose de vendre des objets appartenant aux auditeurs), un des animateurs de SHAMS a essayé de mettre fin à ses jours en s’ouvrant les veines avec un coupe-ongles suite à un jeu de mots tenté par Amine Gara.

Le syndicat des gardiens de prisons n’a pas été en reste et a émis un communiqué dans lequel il s’est insurge du traitement imposé par ricochet au personnel de la prison chargé de la surveillance. 60% des gardiens en charge de la surveillance des détenus auraient déjà démissionné et se seraient recyclés en contrôleurs de la SNCFT. Les 40 % restants ont émis un avis de grève générale, et menacent de libérer les prévenus si les autorités continuent leur politique de l’autruche. Aux dernières nouvelles, suite à une imitation de Migalo de ce matin, un condamné s’est auto mutilé le testicule droit à l’aide d’une cuillère à soupe.

Cette histoire vient malheureusement ternir l’image de la Tunisie à un moment où elle n’en a vraiment pas besoin. Devant le tollé provoqué par cette affaire, des sources dignes de foi nous ont informé que les autorités compétentes seraient décidées à mettre fin à la condamnation dans les plus brefs délais, et ainsi évité à la Tunisie d’être mise au ban des nations.

Seul point positif : effrayés par cette condamnation, les délinquants de toute sorte ont diminué leurs activités illégales, et le Ministère de l’Intérieur a constaté une chute spectaculaire du taux de criminalité.

LA RÉDACTION

1 COMMENT

  1. On a le sens de l’humour ici! 😉
    Moi j’adore écouter cette radio de ma belle ville toute blanche à ce temps-ci de l’année, Québec.

Réagir

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.