Port obligatoire de la ceinture de sécurité : les syndicats des forces de l’ordre se réjouissent de cette augmentation salariale

0
6109

C’est le sourire aux lèvres que le sympathique Chokri Hamada, porte-parole du syndicat national des forces de l’ordre, nous a reçus aujourd’hui dans ses nouveaux locaux du lac 2. « Je vais vous faire une confidence, j’ai commencé à appliquer le décret depuis deux semaines déjà, juste pour voir ce que ça allait donner. Et comme vous pouvez le constater, on a pu s’offrir ce nouveau bureau », a-t-il affirmé sur un ton fort sympathique, comme à son habitude.

Les conséquences de cette mesure ne se sont pas fait attendre. En effet, les imprimeries tunisiennes ont été débordées par les demandes d’impression de carnets de tombola. De leur côté, les orthopédistes et les neurochirurgiens sont entrés dans une grève ouverte. « Cette loi signifie pour nous une chute de notre chiffre d’affaires de 60%, selon M. Hassen Zargouni. Personnellement, il est inconcevable pour moi de ne pas terminer les travaux d’élargissement de ma piscine et de ne pas offrir une Range Rover Evoque à ma femme pour son prochain anniversaire. Il en va de mon mariage », nous a confié le Dr. Malek Rouhou. Dans ce même contexte, le service des urgences de l’Hôpital Mongi Slim a décidé de fermer, cédant ses locaux au dépôt de boissons alcoolisées de Bhar Lazreg ainsi qu’à une série de boutiques de « mraweb ».

A un autre niveau, les piétons seront eux aussi concernés par ce décret. En effet, toute personne ne portant pas de ceinture autour de sa taille se verra infliger une amende de 1000 dinars et risquera jusqu’à une année de prison ferme.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here