Mouton à 1000dt : Ennahdha renonce à se présenter aux prochaines élections législatives

0
6497

C’est un communiqué laconique en ce 11 septembre 2014 qui fait déjà l’effet d’une bombe à quelques semaines des élections législatives tunisiennes. Le majless choura d’ennahdha décide de retirer toutes les listes électorales du parti des prochaines élections législatives, et ce en raison de l’inflation qu’a connue le prix du mouton cette année.

Joint au téléphone Zied Laadhari, porte-parole du mouvement avait du mal à cacher sa déception « on a fait nos calculs, à 1000 dt le mouton, même si tous nos dirigeants vendent leurs maisons à Londres et se remettent à la monogamie, nous n’aurons jamais assez de moyens pour contenter notre futur électorat » et de poursuivre  [pull_quote_center]C’est scandaleux qu’en 2014 en Tunisie les outils les plus basiques d’une campagne électorale en milieu populaire ne soient pas accessibles. C’est comme si vous empêchiez el Massar de faire des concerts gratuits, Nidaa de distribuer du riz aux fruits secs, ou Abderraouf Ayadi de parler du Mossad.[/pull_quote_center]

De sources bien informées les dirigeants d’Ennahdha auraient essayé d’apporter certains amendements au Coran pour que l’Aid El Kebir de cette année soit reporté à l’année prochaine, ou de faire comme pour la coupe d’Afrique: chaque 2 ans dans un pays différent. Malheureusement celà supposait un budget encore plus important pour pouvoir satisfaire l’appétit grandissant des cheikhs et oulemas de l’Islam. En effet vue la guerre idéologique que se livrent les différents partis islamistes des pays du printemps arabe, le cours de la fatwa a atteint des sommets inégalés.

« On a donc du se rabattre sur le mufti de la république beaucoup moins gourmand, mais on sait tous qu’il est bidon et que personne ne suivra son appel à ne pas égorger. Mais Allah Ghaleb c’est tout ce que nos petits moyens nous permettent aujourd’hui. »  nous a-t-il confié dans un sanglot.

Il y aurait bien eu un moyen d’éviter ce retrait en essayant de jouer sur le cours de l’orge et du foin (gort), dont l’inflation est directement responsable du prix élevé du mouton, mais comme nous le précise Fethi Ayadi, président du Majless Choura : [quote_box_center] Ça aurait été suicidaire, nos troupeaux d’électeurs en sont extrêmement friands, et ils nous auraient jamais pardonné de toucher à un des principaux composants de leur régime alimentaire.[/quote_box_center]

C’est donc la mort dans l’âme que les dirigeants d’Ennahdha se voient obligés de renoncer à ces futures élections. Le paysage politique tunisien risque donc d’être modifié en profondeur, les prochaines semaines promettent une rentrée politique mouvementée

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here