Voici un exemple de solidarité régionale comme seuls les Tunisiens en ont le secret.

Des chômeurs longue durée de Metlaoui qui étaient en grève de la faim depuis des mois afin d’obtenir un emploi, ont eu l’intelligence de rebondir sur la dernière polémique qui a secoué la communauté Facebook de la banlieue nord.

Voyant la mobilisation sans précédent suite à l’abattage de l’eucalyptus centenaire, ces jeunes chômeurs quarantenaires, ont décidé pour attirer l’attention des lobbys influents de ce pays, d’abattre un eucalyptus bicentenaire qui trônait à l’entrée de la ville. Se déclarant prêts à mettre leur menace à exécution dans la semaine si les autorités ne répondaient pas à leurs demandes, ils ont provoqué une vague de protestations et de solidarité entre Carthage et la Marsa sous le hashtag #jesuiseucalyptusdemetlaoui.

Une pétition comptant plus de 850 000 signatures a vite été mise en place, exhortant les autorités à réagir. La député Bochra Bel Haj Hamida et le ministre des collectivités locales Youssef Chahed n’ont pas tardé à réagir et ont convoqué une séance de questions/réponses au gouvernement à l’ARP ainsi qu’un conseil des ministres extraordinaire pour sauver l’eucalyptus de Metlaoui.

De mémoire de nord banlieusard, jamais une mobilisation n’avait autant fait le buzz depuis celle pour la collecte de dons au profit de la chienne Lassy (un magnifique épagneul breton) qui devait lui permettre de se faire opérer d’une cataracte dans une clinique berlinoise.

Les hommes d’affaires de Carthage touchés par le sort de cet eucalyptus ont dans un geste d’une magnanimité exceptionnelle décidé de recruter tous les chômeurs rescapés de la grève de la faim au sein de leurs entreprises. C’est ainsi que Mohsen, diplômé en droit et chômeur depuis 18 ans, s’est vu offrir un poste de gardien de nuit, et Khmaiess, diplômé de littérature arabe et chômeur depuis 16 ans a bénéficié quant à lui d’un poste de vigile dans une des boutiques de prêt à porter de la capitale (pour ne citer que ceux-là).

En espérant que ce genre de solidarité inter-régional fasse boule de neige, l’équipe de Lerpesse ne peut que s’émouvoir devant un tel conte de fées qui a changé le destin de plusieurs familles de Metlaoui.

Réagir