C’est suite à une information très peu relayée sur le réseau social Facebook qu’une vérité des plus étranges a éclaté au grand jour : Mehdi Jomâa n’a pas lu la constitution.

Le fait divers révélateur de l’affaire est l’octroi par le gouvernement d’une concession d’exploitation des salines de “Sebkhat El Gharra” à l’entreprise COTUSAL, filiale du groupe français Salins. En effet, Mehdi Jomaa n’est pas passé par l’approbation de l’assemblée pour réaliser cet octroi, comme le stipule pourtant l’article 13 de la nouvelle constitution.

Le principal intéressé a d’abord feint de répondre aux questions des deux seuls journalistes – nous n’en faisions malheureusement pas partie – qui se sont rués sur l’affaire, avant de finir par avouer qu’il n’avait pas lu la nouvelle constitution, ou plus exactement qu’il s’était arrêté à la lecture du premier article :

« Si, je l’ai lue, enfin j’ai lu le… pas le préambule mais le… le premier article voilà. Le plus important ! »

Face à l’étonnement du journaliste – le deuxième journaliste étant parti vu qu’il se trouvait là par erreur -, M. Jomâa finit par ajouter :

« Mais enfin, depuis quand les gouvernants lisent-ils les constitutions ? Ces petits livres de poche  ne sont là que pour amuser la galerie, le petit peuple comme on dit ; Vous pensez vraiment que dans les autres pays, les grandes démocraties du monde, leurs constitutions sont appliquées ? Mais voyons, cher monsieur, si les constitutions étaient réellement appliquées les peuples seraient souverains et moi je ne serai pas là où je suis. Maintenant veuillez m’excuser, je dois m’entretenir avec mes employeurs sur Skype. »

C’est sur ces mystérieuses paroles que le charismatique chef du gouvernement s’éclipsa, ayant certainement beaucoup de pain sur la planche.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here