Masturbation : comment s’en sortir après avoir été surpris par ses parents ?

0
3288

Se faire surprendre par ses parents en train de se masturber est un moment difficile à surmonter.

Selon certains experts, il s’agit d’une scène que nous sommes, en majorité, condamnés à vivre. Elle se transmet de génération en génération. Nos parents l’ayant eux-mêmes vécu, ils auraient une tendance inconsciente à la reproduire.

A défaut de prise en charge psychologique, il est nécessaire de prendre le mal à la racine et d’affronter la dure situation dans laquelle l’on se retrouve, bon gré mal gré.

C’est ce qu’a décidé d’entreprendre Sahbi, 15 ans, après que ses parents se soient introduits dans sa chambre alors qu’il se masturbait en regardant l’émission Klem Enness.

Dans la plupart des cas, l’âge auquel survient la scène (NDLR : l’interruption d’une séance masturbatoire par l’irruption spontané d’un ou de plusieurs parents) détermine le degré d’atteinte psychique modulant la type de prise en charge. Ainsi celui qui se fera surprendre par ses parents à l’âge de 16 ans aura certainement plus d’aisance à se reconstruire que celui qui s’est fait interrompre à l’âge de 42 ans.

Se remémorant le moment du drame, l’adolescent évoque sa tentative désespérée de changement de chaîne tout de suite après avoir remarqué la présence de ses parents : « Hamdoullah, j’ai eu le temps de passer sur une chaîne porno. Mes parents n’ont pas découvert que je jouais à cinq contre un devant une intervention pertinente de Maya Ksouri. »

Ainsi, le temps de réaction représente un facteur très important dans la reconstruction après avoir été victime d’une telle intrusion parentale. Les spécialistes expliquent que les personnes avec de meilleurs réflexes ont plus de chance de limiter les dégâts (en éteignant l’écran à temps, en diminuant le son ou en remontant le slip et/ou le pantalon au bon moment).

Aussi, se faire surprendre par ses deux parents en même temps est nettement plus anxiogène que de subir l’irruption d’un père ou d’une mère seule.

Sahbi, l’asperge à la main, n’a pas pu cacher sa gêne face aux parents. Aujourd’hui, il considère avoir « pris de la distance » par rapport à ce « léger incident de parcours ». « Avec le temps, je regrette la réaction que j’ai eu ce jour là. Pourquoi avoir senti de la gêne? Je ne me l’explique toujours pas. Aujourd’hui, j’assume entièrement ma passion pour l’auto-gratification et me lave la bite à la salive quand je veux, où je veux et à la vitesse que je veux. »

Pour les spécialistes de la question, il n’existe toujours pas de remède miracle face aux dégâts causés par les interruptions parentales. « Il faut affronter ses parents, ainsi que les amis et les proches, avec un regard serein et déterminé, » explique le docteur Jébouhélou du département psychologie de l’université de Tunis. « Soyez des branleurs fiers et dignes, ne fuyez pas, assumez! » conseille l’expert.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here