Majdouline Cherni : « Ma collègue Salma Elloumi Rekik va proposer quatre bouts de drapeau à la famille de Tarek Dziri »

0
1528
Majdouline Cherni :

Le gouvernement ne tarit pas de solutions innovantes pour résoudre les divers problèmes qui ont commencé un certain 17 décembre. C’est ainsi que Tarek Dziri, un des islamo-bolchéviques qui ont participé au saccage des biens de l’État lors de la dite révolution et qui avait été quelque peu blessé par les forces du bien, s’était retrouvé totalement pris en charge par le gouvernement de Mehdi Jomâa.

Le soi-disant blessé qui s’était volontairement jeté sur deux balles – tirées probablement en légitime défense par nos braves policiers – et qui avait fini paraplégique, s’est finalement fait hospitaliser à Nantes et sa famille quant à elle, a obtenu un logement gratuit payé par les deniers de l’État – donc également par vous autres lecteurs de LerPesse.

Mais peu après le changement du 21 décembre 2014, la famille de Tarek Dziri a été gentiment priée de quitter les lieux car le domicile qui leur a été offert doit reprendre du service (le domicile en question était une cellule du RCD au Fahs); ce qui a fait un peu de bruit chez les internautes et sur les réseaux sociaux – les journalistes étant occupés à traiter la délicate affaire du retour du prestige de l’État.

Grâce à l’ingéniosité et le travail collaboratif de nos deux super ministres Salma Elloumi Rekik et Majdouline Cherni, respectivement ministre du Tourisme et secrétaire d’État chargée du dossier des martyrs et des blessés de la révolution, le problème va semble-t-il vite être réglé et ce non sans pointe d’originalité : « Ma collègue, Salma Elloumi Rekik, va proposer quatre bouts de drapeau à la famille de Tarek Dziri. » C’est ce que nous a déclaré Majdouline Cherni, la sœur du vrai martyr, le lieutenant Socrate Cherni, avant d’ajouter : “C’est important le tissu, vous savez. La famille pourra à loisir s’habiller, couvrir des lits, etc. Bon certes, elle ne sera pas à la pointe de la mode – avec une couleur unie et rouge de surcroît – mais c’est déjà un bon début pour retrouver un peu de dignité. Et si ça se trouve, s’il reste encore un peu de tissu, ils pourront peut-être l’utiliser pour faire des sutures à leur fils”.

Après avoir écumé les plateaux de télévision en évoquant les 87 milliards dépensés pour les blessés de la révolution (à peu près 87% du budget de l’État), Mme Cherni nous propose ainsi une des innovations majeures à ce dossier collaborant de près avec le ministère du Tourisme qui rappelons-le a trouvé l’ingénieuse idée de confectionner un drapeau de 104.544m2 pour sauver le tourisme en Tunisie. Espérons que le reste du gouvernement s’inspire de ces formidables idées pour aller toujours plus en avant et sauver ce qui a été détruit par le gouvernement de la Troïka.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here