C’est une mesure qu’il avait en tête depuis quelques années, et qu’il n’a pas tardé à mettre sur la table dès la première année de son quinquennat.

Les différentes blagues sur l’âge de Brigitte pendant la période électorale l’ont affecté au plus haut point comme nous le confirme un membre de son cabinet, Jérôme, 14 ans développeur web et conseiller militaire.

La légèreté de la mesure fait jaser les ténors de la politique française, mais Macron reste imperturbable avec une explication des plus convaincantes : « je ne suis ni de droite, ni de gauche, et comme le dit Monsieur Fillon, avec lequel je suis d’accord sur certains points : moins de congés pour relancer l’économie ».

L’attaché AFP présent, lui avait discrètement signalé que la fête des mères tombait un dimanche et que la Saint-Valentin n’était pas un jour férié, mais monsieur Macron persiste et signe en affirmant qu’il veut une Europe forte et qu’il ne se laissera pas intimider par des journalistes.

Réagir