M. Bonentendeur prend cinq années sabbatiques pour répondre à tous les statuts qui lui sont adressés

0
1172

C’est dans le sud de la France du côté d’Aubagne que l’équipe de Lerpesse s’est rendue pour rencontrer une des stars des réseaux sociaux: M. Bonentendeur.

Quand on voit le nombre de statuts, commentaires et autres partages de citations qui lui sont adressés, on comprend l’ampleur du phénomène. “ Pour beaucoup c’est juste pour simplement me dire salut (“ À bonentendeur, salut” NDLR). J’ai commencé depuis peu à me sentir coupable de ne pas répondre à toutes ces sollicitations venant des quatre coins de la terre.”

C’est donc pour ne pas se faire traiter de prétentieux ou de pédant que M. Bonentendeur a décidé de prendre le taureau par les cornes en demandant à son employeur de lui accorder cinq années sabbatiques afin de lui permettre de répondre à tout le monde. Cinq années qui ne seront pas de trop au vu du nombre de fois où M. Bonentendeur est évoqué sur les réseaux sociaux.

L’intéressé nous avoue qu’il ne comprend pas forcément tous les messages qui lui sont adressés, et se dit étonné du fait que son nom soit souvent associé à des citations de Paolo Coelho sur l’amour et l’adultère.

“Un screening rapide de mes “fans” m’a permis de constater que l’écrasante majorité d’entre elles sont des femmes, entre 35 et 50 ans, qui semblent avoir de gros problèmes conjugaux. Je ne vois pas vraiment comment je pourrai les aider, mais je vais essayer de faire mon possible” nous déclare-t-il autour d’un pastis sur la terrasse d’un bistro marseillais.

Par ailleurs, M. Bonentendeur a décidé de ne pas répondre à toutes celles qui, après l’avoir cité, déclarent “je dis çà je dis rien”. “J’ai déjà assez de boulot comme çà! Je n’ai pas le temps pour répondre à celles qui ne disent rien.”

Toute l’équipe de Lerpesse souhaite beaucoup de courage à M. Bonentendeur pour la tache gargantuesque qui l’attend. Nous tiendrons bien sur au courant nos lecteurs de l’avancée de cette opération sans précédent sur les réseaux sociaux.

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here