Sami Bayyoudh, entrepreneur de 43 ans a vu sa candidature aux prochaines élections présidentielles invalidée par l’instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE). Celle-ci estime que M. Bayyoudh n’est « pas assez corrompu » pour pouvoir prendre part aux prochaines élections en tant que candidat.

Originaire de Ghar el Melh, le quarantenaire n’a pas caché son dépit envers cette réponse jugée « hâtive et injustifiée » selon ses propres dires. « J’ai détourné beaucoup d’argent public à l’époque de Ben Ali, j’ai les documents qui le prouvent! » dénonce M. Bayyoudh qui ajoute: « les temps ont changé. Maintenant il faut commanditer des opérations terroristes pour espérer que l’ISIE accepte votre candidature. C’est désolant… »

Après un temps d’hésitation, M. Bayyoudh a fini par écrire à M. Rached Ghannouchi espérant une intervention ou plutôt une médiation en sa faveur auprès de l’ISIE.

Affaire à suivre.

Réagir