D’après un certain nombre d’indices collectés par nos journalistes de terrain, les moutons espagnols importés pour l’Aïd El Kebir seraient en réalité des moutons tunisiens ayant émigré illégalement vers l’Europe.

Il apparaît que les autorités, voulant cacher cet exode ovin massif, auraient choisi de jouer la carte de la pénurie en titillant la corde sensible du citoyen lambda, qui n’aime qu’on joue avec les traditions.

Une enquête menée par le détective en chef, Sléh « Colombo » Fendri a établi que c’est un samsar (ndlr: intermédiaire officieux) de la banlieue sud de Tunis qui a découvert le pot aux roses. Remarquant qu’un groupe de moutons « espagnols » se montrait particulièrement paresseux, et dormait autant que les moutons 100% tunisiens de son oncle, il a rapidement compris la machination et s’est empressé d’en parler autour de lui. C’est ainsi que l’information nous est parvenue.

Après quelques réticences, le samsar a finalement accepté de rencontrer notre enquêteur. Les deux hommes se sont longuement entretenus. Au final, ils sont sortis avec les mêmes conclusions : Les moutons espagnols sont bel et bien tunisiens.

Comment ces bêtes sont-elles arrivées en Espagne ?

LerPesse suit cette affaire de près, et vous livrera bientôt un dossier complet qui tentera de révéler les vraies raisons derrière cet exode ovin pour le moins inquiétant.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here