Les marionnettistes de BCE sont unanimes : « Nous arrêterons la politique s’il n’est pas élu président de la république »

1
944

Hier, peu après 16 heures, les trois marionnettistes de M. Béji Caïd Essebsi ont tenu un point de presse au siège de Nidaa Tounes après avoir mis leur pantin au lit.

Ils ont commencé par se congratuler des résultats obtenus lors des élections législatives ainsi que de l’accès au second tour des élections présidentielles. Puis, ils ont rappelé le contexte dans lequel ils avaient pris le contrôle du guignol octogénaire : « Le pays subissait la pression de la rue. Mohamed Ghannouchi devait être sacrifié. C’est là qu’on a fait appel à nos services en nous confiant le contrôle de BCE, une marionnette que personne n’arrivait à maîtriser correctement. À cette époque, il s’apparentait plus à un vieux morceau de chiffon qu’à une marionnette. Il était très fragile, délicat à manier. N’importe quel geste brusque de notre part risquait de l’abîmer. L’enfer ! », se remémorent les trois hommes, non sans une certaine nostalgie.

« Uuuuuuuh! Winkonna w win sbahna ? Qui aurait pu imaginer que nous étions en train de transformer un vulgaire morceau de chiffon en une redoutable machine de guerre ? Aujourd’hui, nous nous retrouvons à contrôler une véritable bête de compétition capable d’enchaîner six campagnes électorales et de les remporter toutes, » déclarent les marionnettistes, fiers de leurs accomplissements.

Un des marionnettiste de Béji Caïd Essebsi.
Un des marionnettistes de M. Béji Caïd Essebsi.

« Nous sommes optimistes et confiants quant à l’issue de ce deuxième tour. Doublé législatives-présidentielles, Inchallah ! Il va juste falloir être très attentifs à notre langage et éviter de proférer des insultes en public, ce qui pourrait nous être fatal. Sur un autre plan, notre adversaire est réellement minable et pathétique. Perdre au profit de M. Moncef Marzouki serait pire que la mort… L’humiliation ultime ! », concluent les trois marionnettistes qui, malgré leur jeune âge, envisagent sérieusement d’arrêter la politique en cas de défaite face au président tunisien sortant.

Voilà qui promet un second tour des plus passionnants !

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here