Les dessous de la libération de Kafon : Une affaire d’enfumage

0
1327

Le rappeur à succès vient de sortir de prison. Arrêté pour consommation illégale de stupéfiants, Lerpesse vous dévoile en exclusivité les motifs secrets de la relaxe du chanteur de Houmani.

Selon une source ultra-confidentielle, les raisons de cette libération aussi étonnante que peu ordinaire trouvent leurs origines dans la soirée du lundi au mardi. En effet, ce soir là, Mehdi Jomaa et quelques-uns de ses ministres étaient les invités de Moncef Marzouki au palais de Carthage. Après un repas frugal qui ne dura que trois heures et fut digne des hautes charges publiques de ces représentants de l’État, Moncef Marzouki leur proposa une petite promenade digestive dans le palais. C’est cette promenade qui amena à cette libération exceptionnelle et, s’est-on laissé dire, à une futur et proche réforme intégrale de la loi sur la consommation de stupéfiants.

Durant la promenade, Amel Karboul se serait adossée accidentellement à une statue phénicienne. Elle aurait ainsi déclenché un mécanisme découvrant une porte dérobée. Curieux, nos grands hommes s’y seraient engouffrés. Et, stupéfaits, ils y trouvèrent une des caches de drogues du président. Moncef Marzouki aurait été outré dans un premier temps, avant de finir par proposer de s’en rouler un petit. « Juste comme ça, pour voir » nous rapporte notre source. Mehdi Jomaa aurait répondu : « pourquoi pas, cela me rappellera ma jeunesse ». Amel Karboul aurait alors déclaré : « Oui, il est quand même temps qu’on s’éclate un peu, qu’est ce qu’on s’ennuie à cette soirée ». Et l’on ne dira pas qui aurait demandé s’il n’y avait pas un peu de poudre blanche quelque part. Le premier policier de l’État, Lotfi Ben Jeddou, au départ plutôt récalcitrant, aurait fini par accepter, ne voulant pas passer pour un rabat joie.

Jardin du palais présidentiel de Carthage: Le premier ministre Mehdi Jomâa, un joint à la main, en compagnie de ses ministres.
Jardin du palais présidentiel de Carthage: Le premier ministre Mehdi Jomâa, joint à la main, en compagnie de ses ministres.

Et là, c’en serait suivie une révélation pour cet homme qui, nous apprend-t-on, ne s’est toujours pas remis de sa découverte. Depuis mardi matin, il est enfermé dans la salle des saisies au ministère. Il a ordonné la libération de tous les détenus enfermés pour détention de stupéfiants et a décidé de tous les recevoir personnellement à leur libération.

Il faut s’attendre à voir très prochainement une réforme de la loi sur la consommation de stupéfiants. Effectivement Lotfi Ben Jeddou aurait décidé de mener un grand chantier national en collaboration avec le ministre de la justice et les hauts responsables sécuritaires. Il pense qu’il faudrait repenser absolument le rapport que l’État tunisien entretien avec la drogue. Pour lui, il faudra dorénavant songer à prendre exemple sur le Maroc ou la Bolivie, voir le Mexique. Le ministre n’est malheureusement pas joignable depuis mardi et n’a donc pas pu répondre à nos questions.

Affaire à suivre.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here