Faisant preuve d’une réactivité de tous les instants suite au tollé provoqué par la publication dans le JORT du décret gouvernemental régissant le déconfinement partiel, le Chef de gouvernement a tenu a préciser les tenants et les aboutissants de cette publication qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

D’emblée, Elyes Fakhfekh a tenu à faire taire toutes les voix offusquées par le contenu de l’article 10 du décret en question, selon lequel les mères d’enfants de moins 15 ans sont exclues de la mesure de déconfinement partiel prévu à partir du lundi 4 mai.

En effet, face à une opinion publique indignée et pointant du doigt une mesure rétrograde, attentatoire à l’esprit de parité et à l’essence même du Code du statut personnel, le Chef de gouvernement a calmé le jeu en déclarant qu’il s’agissait d’une simple faute de rédaction qui a été glissée de manière délibérée dans le texte afin de mettre l’attention du public à l’épreuve, toute en se félicitant de la virulence de la réaction qui a suivi, preuve irréfutable s’il en est du succès de la manœuvre.

Par ailleurs, L’homme fort de l’exécutif a profité de l’occasion pour mettre les choses au point en précisant que la mesure de confinement ne concernait pas les mères des enfants de moins 15 ans, mais les enfants eux-mêmes qui ne seraient pas encore habilités à reprendre le travail. Une initiative à saluer surtout dans un contexte de ramadan pendant lequel allier jeûne et travail pourrait être éprouvant, surtout pour les enfants en bas âge.

Pour terminer, Elyes Fakhfekh a tenu à féliciter celles et ceux qu’il a qualifiés d’infatigables sentinelles , les appelant à redoubler de vigilance pour dénicher les prochaines erreurs qui se glisseront dans les textes à venir, à commencer par celui encadrant les violences conjugales en période de confinement. Un texte qu’il a déclaré rédiger lui-même ce soir en regardant le feuilleton Galb Eddhib, avant de conclure : “Attention, il y aura des pièges !”

La rédaction

Réagir

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.