C’est un débat éternel au sein la société tunisienne : Bourguiba était-il gentil ou méchant ? Les équipes de Lerpesse ont investigué pour vous et ont enfin apporté la réponse.

Selon sa famille, les Monastiriens, et toutes les personnes qui pleughent la Tunisie Bourguiba était un gentil. En effet, père de l’indépendance, libérateur de la femme, promoteur de l’éducation et de la santé pour tous, et écraseur de poux sur la tête des Tunisiens, on voit mal comment on ne pourrait pas penser que Bourguiba était quelqu’un de gentil. Cependant un autre son de cloche émane des youssefistes, des islamistes et de tous ceux qui ont une idéologie qui finit par iste (à l’exception notable des 5obziste et des clubistes) : Bourguiba serait un tortionnaire sanguinaire, dictateur, amateur de Fanta et de prisons souterraines. Nous avons mené une enquête de terrain pour démêler le vrai du faux et redonner à Bourguiba ses lettres de noblesse.

Une enquête de proximité à Monastir nous a révélé que Bourguiba partageait souvent son goûter avec ses jeunes camarades, cependant des rumeurs de triche pendant les parties de zarbout (toupie en français NDLR) maintiennent le flou sur le personnage sulfureux qu’était le zaïm (comme l’aiment à l’appeler ses aficionados).

Nos équipes parisiennes ont mené l’enquête au quartier latin où Bourguiba a effectué brillamment une partie de ses études à la Sorbonne, et là encore les avis divergent. Camarade irréprochable, amateur de soirées étudiantes et de bonnes bouteilles pour certains, taxeur de cigarettes, de tickets resto et de pass navigo pour d’autres, dur de démêler le vrai du faux même un siècle plus tard.

En tout cas le débat qui fait rage actuellement dans la société tunisienne n’est pas prêt d’être clos surtout après les révélations de l’arrière arrière-petit-fils d’un de ses camarades de classe qui évoque une sombre affaire d’arnaque au « kix américain » lors d’une partie de billes avec un des frères de Salah Ben Youssef.

Ce témoignage extrêmement important pour le passé, le présent et l’avenir du peuple tunisien, a été révélé par les équipes de l’instance liberté et dignité de madame Sihem Ben Sedrine et devrait être rendu public lors de la prochaine séance télévisée. Les fans de Bourguiba ne s’avouent cependant pas vaincus et assurent pouvoir prouver que lors du match de foot inter-quartier du 5 mars 1912 entre l’équipe de Bourguiba (7oumet ettrabelsiya) et celle de sta7 Jabeur (quartier de Monastir NDLR), le combattant suprême aurait dans un geste d’une magnanimité sans précédent sorti la balle en touche pour permettre au gardien de l’équipe adverse de relacer ses chaussures et ainsi de lui éviter une blessure aux conséquences dramatiques. Preuve s’il en est que Bourguiba était un gentil.

Donc en conclusion tout porte à croire que Bourguiba serait un gentil méchant au vu des différents témoignages ou peut-être même d’un méchant gentil selon d’autres témoignages.

La Rédaction

Réagir