C’est ce qu’a annoncé l’ISIE dans une intervention de Mme Faouzia Drissi : les électeurs qui ont voté pour les candidats non qualifiés au second tour sont invités à se présenter à leur bureau de vote afin de se faire marquer d’encre bleue au niveau de leur orifice anal.

« Nous avons mobilisé toute une équipe de médecins entrainés au toucher rectal, qui assureront une opération qui peut sembler douloureuse ou inhabituelle pour certains, délicieuse et anodine pour d’autres. Nous tenons à rassurer les uns et les autres que tout se passera dans une ambiance tranquille et paisible, et que tout se fera de sorte que ces électeurs ne ressentent presque rien. L’index, trempé dans de l’encre indélébile, sera enfoncé avec délicatesse dans l’anus des concernés, jusqu’à ce qu’ils répètent les paroles suivantes : la prochaine fois, je vote utile, » nous a confié Madame Drissi.

Cette décision vient suite à une volonté de l’ISIE de freiner l’engouement de certains électeurs pour leurs candidats, et pour encourager un vote plus utile, ce qui empêcherait la tenue de seconds tours lors de futurs élections et réduirait  en conséquence la charge de travail de l’instance organisatrice.

« Nous sommes fatigués. Il faut que le nombre de candidats soit réduit pour que nous puissions envisager des élections transparentes. Ça concentrera les votes sur deux ou trois candidats, ce qui découragera les gens à se présenter lors des prochaines éditions du festival électoral. C’est un travail sur le long terma…euh excusez-moi, terme, et qui vise à changer le paysage politique en profondeur. Nous espérons d’ici 15 ans que cette mesure sera appliquée à tous les électeurs quelque soit le candidat qu’ils auraient choisi, comme ça nous en finirons une fois pour toutes avec cette mascarade, » a continué la représentante des Tunisiens résidents à l’étranger, avant de fondre en larmes et de s’allonger sur le côté.

Réagir