[dropcap]D[/dropcap]ans un communiqué publié sur le site terroristsforpeace.com,  Abou Bakr al-Baghdadi, chef de l’EIIL, a menacé Vladimir Poutine d’envahir les ondes de radios russes par des chansons des Pussy Riots en représailles à son soutien inconditionnel au président syrien Bachar al-Assad.

« Nous avons préalablement averti M. Poutine des conséquences de son soutien au régime criminel de Bachar al- Assad et il n’en a pas tenu compte ne répondant même pas aux SMS du Calife ! Nous sommes donc dans l’obligation de mettre à exécution nos menaces de la manière la plus radicale qui soit » a déclaré Abu Maiden al-Aheziji, chef de la branche musicale de l’EIIL, en arborant la pochette originale de l’album Убей сексиста (tue le sexiste en russe, sorti en 2012) des Pussy Riots pour montrer qu’il n’hésiterait pas à le passer en boucle sur les radios russes grâce à son équipe de pirates tchétchènes recrutés récemment pour des actions « décibels » de ce genre.

[quote_box_center]« Nos sœurs des Pussy Riots sont une arme de dissuasion efficace contre ce mécréant de Poutine. Avec leurs cagoules islamiques,  leurs pratiques sexuelles perverses proches des nôtres et le titre évocateur de leur album « tue le sexiste », on peut compter sur une bonne vague de suicide sur tout le territoire russe »[/quote_box_center] raconte un stagiaire de l’EIIL, confiant à l’idée de bousiller les tympans d’un peuple ennemi et hostile au projet culturel du Calife.

Moscou, de son côté, semble prendre ces menaces au sérieux et essaie d’apaiser les tensions en déclarant que M. Poutine n’a reçu aucun SMS du Calife à cause d’un probable problème de réseau. Le porte-parole du Kremlin a tout de même ajouté qu’il est impossible que l’EIIL soit en possession d’un album original des Pussy Riot vu que tout  le stock été vendu à un certain Silvio B.

 

Réagir