La TV poubelle connait depuis la révolution un essor important en Tunisie. Pour certains corollaire obligatoire de la liberté d’expression, pour d’autres un mal nécessaire. Nombreux sont ceux qui appellent à combattre le phénomène. Ce nouveau genre télévisuel ne laisse personne de marbre.

Pourtant certaines victimes de cette TV, commencent à se faire entendre, et ce sont parfois des victimes extrêmement surprenantes que nous pensions immunisées contre tout souci de santé.

Nous nous sommes ainsi rendus chez M. VIH , virus du sida de son état, qui souffre selon ses dires de vomissements, nausées et déshydratation depuis qu’il a visionné une émission d’Abderrazak Chebbi. Témoignage.

« Je venais de rentrer du Congo où je m’étais rendu en business trip, nous confie-t-il. On était intervenu dans des maisons closes de Kinshasa auprès des prostituées et de leurs clients, et la mission avait été couronnée de succès avec une belle épidémie du Sida comme j’en ai rarement vu en 30 ans de carrière sur tous les fronts de la planète. »

« Je décide de me reposer et de prendre du bon temps devant la TV. Au détour de mon zapping, je tombe sur une des émissions de Abderrazak Chebbi. Je peux vous dire que j’en ai vu des merdes au cours de ma carrière mais là çà dépassait tout entendement : le style, la rhétorique, les sujets abordés, le traitement des témoins. Même au Rwanda pendant le génocide Tutsi, je ne me suis jamais senti aussi mal… »

Suite à ce visionnage M. VIH est pris de vomissements et de nausées violentes. Il se dirige naturellement vers le CHU le plus proche afin de trouver refuge dans la médecine moderne. « Ils m’ont bien accueilli sachant que je collabore avec eux depuis plusieurs années, mais aujourd’hui j’en suis à mon 6ème mois d’hospitalisation, je suis toujours sous antibiothérapie intraveineuse et je ne m’en sors toujours pas. Quelle saloperie… » nous dit-il entre deux sanglots.

Contacté par nos soins M. Chebbi a refusé de s’exprimer sur ce cas, mais un membre de son équipe nous a révélé que les hépatites B et C ainsi que la peste et le choléra avaient évoqué les mêmes symptômes. Tous accusent Si Abderrazak d’être à l’origine de leurs affections.

Nous ne saurions donc qu’encourager nos lecteurs à éviter ce type de programme TV, et en cas de visionnage forcé (dans un café ou chez ses beaux-parents, …) de se protéger et de mettre en place les mesures de sécurités habituelles en cas de visite de zones d’endémie : prophylaxie avant et antibiothérapie au long cours (de 6 à 9 mois) après visionnage.

Réagir

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.