Le vibrant hommage de BCE à son frère de cœur défunt, le roi Abdallah

0
1984

« Le bordel de Tunis s’appellera désormais Abdallah tout court !  » Tels ont été les mots de M. Béji Caïd Essebsi lors d’une interview donnée à nos confrères de Shems FM. Visiblement très affecté par la disparition du roi Abdallah, le nouveau président tunisien a tenu à rendre un vibrant hommage à son ami « parti trop vite ».

« Abouda ne voulait pas partir sans avoir assisté à la flagellation de Raïf Badawi. Les autorités saoudiennes ont essayé d’accélérer le processus quand l’état de santé du roi s’était gravement détérioré : ils sont passés de 50 coups de fouet par semaine à 100 par jour à l’hôpital dans la chambre du roi. Malheureusement Abouda est mort avant le blogueur.  Triste nouvelle pour le monde libre, trois jours de deuil seront décrétés en Tunisie a déclaré M. Essebsi avant d’ajouter : qu’on se rassure pour la flagellation de R. Badawi, celle ci se poursuivra sous le règne du roi Salman; bel exemple de continuité de l’État. »

Emboîtant le pas au nouveau résident de Carthage, M. Baghdadi, calife des musulmans, a décrété un deuil universel de quinze jours. L’État Islamique promet d’envoyer chaque jour 72 vierges au paradis pour le roi défunt.

Les esclaves d’Arabie Saoudite ont eux aussi exprimé leur tristesse. Ils ont organisé une marche silencieuse dans les rues de Riadh, « ils étaient inconsolables » selon des témoins sur place. En Tunisie aussi, des milliers de manifestants ont envahi les rues appelant à flageller Y. Ayari en signe de solidarité avec « les frères saoudiens ».

De son côté, M. Zine Abidine Ben Ali, installé en Arabie Saoudite depuis plus de quatre ans, a proposé d’organiser des élections anticipées pour choisir un nouveau roi et assurer ainsi la continuité de l’État.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here