Le tournage de Star Wars attaqué par Ansar Al Chariaa

1
1974

Désert de Tataouine : C’est dans le plus grand secret que le sahara tunisien accueille encore une fois, et depuis quelques semaines, le tournage de la 3ème saga de Star Wars. Disney avec Lucas film ont tenu à redonner leur confiance à la Tunisie malgré tous les remous qu’elle vit depuis quelques temps et les chants des sirènes entendus depuis le Maroc.

« C’est au cours du tournage d’une gigantesque scène de combat qui rassemblait un millier de figurants que j’ai remarqué qu’il y avait un truc qui ne collait pas » nous raconte J.J. Abrams, le réalisateur du film, quelques heures après la fin de sa mésaventure, « Il y avait des combats qui me semblaient un peu trop réels ! Je voyais des têtes, des jambes, des bras qui volaient de partout et des figurants courir effarés dans tous les sens. Ils jouaient trop bien leurs rôles pour de simples figurants…» ajoute-t-il en soupirant.

L'équipe de tournage du film, quelques instants avant l'arrivée d'ansar chariaa.
L’équipe de tournage du film, quelques instants avant l’arrivée d’ansar chariaa.

En effet, tout le staff du film a été témoin d’un carnage aux dépens de ses figurants. Des combattants sur des chameaux et armés de sabres avaient attaqué le tournage et pris en otage tous les survivants. Il parait que le tournage se tenait sur le territoire de la Imara d’Ibn Azizou, c’est lui en personne qui l’a annoncé au réalisateur. Ce dernier a dû lui signifier à travers un traducteur autochtone, qu’il était en règle avec les autorités tunisiennes et qu’il pouvait vérifier par lui même tous les documents.

D’un mouvement rapide du bras, il coupe la tête au traducteur qui tombe juste devant ses pieds et dit à Abrams dans un anglais parfait, qu’il ne reconnait pas les autorités tunisiennes pour la simple raison qu’il n’existe pas de Tunisie pour lui.

Ensuite, il l’invite à le rejoindre dans une tente, installée très vite par les djihadistes. Là, il lui avoue qu’il était un grand fan de Star Wars et qu’il avait même fait la queue pour assister à la première de « La menace du fantôme » à l’époque où il suivait les cours de son MBA aux USA.

Puis il lui propose un deal qui consiste à libérer tout le cast du film pour lui permettre de finir le tournage en assurant lui-même son bon déroulement. En contrepartie, les producteurs sont tenus à adapter le scénario du film à la sauce Halal, c’est-à-dire que toutes les femmes devront se vêtir de niqab et ne prononcer aucun mot. Lui donner le rôle initialement prévu pour Harrison Ford, qu’il trouve trop vieux pour jouer encore dans ce film. Et enfin, offrir Mickey à son fils aîné et ce, en tant que butin de guerre. A défaut, toute personne étrangère aux terres de l’Imara sera exécutée.

Dépités, J.J Abrams et son équipe ont dû s’incliner face à ces requêtes et accepter le deal sous les takbirs des guerriers d’Ibn Azizou. C’est là que tous les membres du staff du tournage se sont regardés. Effrayés par les « Allahou akber » des djihadistes, craignant pour leurs vies, ils ont sorti une bière et commencé à la siroter.

Mis à part le réalisateur qui était occupé à apprendre la chahada devant l’Emir, aucun survivant parmi les visiteurs n’a été retrouvé.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here