Pas une semaine ne passe sans que le gouvernement ne doive faire face à une actualité chargée d’indignation suite aux décès atroces d’individus lambda qui, malgré le caractère routinier de leurs disparitions, sont sur-médiatisés par des personnes mal-intentionnées essayant vainement de faire de l’ombre à l’importantissime congrès de Tahya Tounes.

Mais cela est sans compter sur la réactivité de notre gouvernement qui réussit à chaque fois à absorber le choc et à détourner les regards de la catastrophe du moment pour en lancer une nouvelle et tout ça, à moindre coût.

En effet, souvent accusé d’immobilisme notamment dans les affaires de l’école coranique du Rgueb, de l’appareil secret d’Ennahdha, des bébés morts de la Rabta, des foyers étudiants brûlés, etc, le gouvernement a dévoilé sa stratégie pour rapidement dépasser ces crises et permettre aux Tunisiens qui ont survécu à ces épreuves de se concentrer sur leurs problèmes personnels et voter pour les mêmes personnes en Octobre prochain.

Cette stratégie, appelée l’autruche tunisienne, consiste justement en une inaction globale tout en comptant sur la déliquescence totale des services publics qui finissent fatalement par provoquer d’autres désastres dans les quelques jours qui suivent la vague d’émotions du moment. C’est pour cela que le gouvernement reste confiant quant à l’issue du drame des ouvrières agricoles tuées lors d’un accident de la route.

Les experts tablent sur une pénurie d’un produit alimentaire ou une grève des pompistes pour détourner les Tunisiens du drame dans un premier temps et un scandale sanitaire pour oublier complètement ce qui s’est passé à Sidi Bouzid la semaine dernière. De quoi clouer le bec à ceux qui doutent de la vision à long terme de nos dirigeants.

La Rédaction

Réagir

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.