Le délit de racolage retenu dans l’affaire Ben Mustapha

0
1220

Le 14 octobre 2015 le programme de lutte contre les attouchements faits aux poteaux a pris une autre dimension ; suite aux témoignages, mais aussi à la preuve audiovisuelle irréfutable, le gardien de but du Club Africain devra répondre de ses actes devant un tribunal FIFA.

Rappel des faits :

Il était à peu prés 19h heure locale quand Monsieur Ben Mustapha y alla d’une tentative d’étreinte visant le poteau droit du stade de Rades. Un poteau notoirement connu pour sa droiture et sa contribution décisive dans les succès des aigles de Carthage lors de la mémorable épopée de la CAN 2004 (penalty soigneusement dévié à l’intérieur des buts en demi-finale).

Pas découragé pour un sou, Monsieur Ben Mustapha en remit une couche. En effet, il n’hésita pas à faire étalage de ses aptitudes de vol à basse altitude, dans le dessein délibéré d’échauder un poteau manifestement de marbre. »C’est l’atterrissage qui m’a fait le plus mal ; pensant m’émoustiller avec sa réinterprétation du saut de l’ange, il a essayé de m’embrasser en impliquant son appendice lingual. Je n’ai jamais vu ça en 14 ans de carrière, » déclare le pilier des cages.Encore sous le choc, la victime a confirmé son intention de se constituer partie civile dans le cadre du procès impliquant le gardien du Club Africain.

Pour rappel, le ministère public a déjà entamé une procédure pénale à l’encontre de Farouk Ben Mustapha, poursuivi du chef d’agression a caractère sexuel et de poteausexualité, prohibée par l’article 230 Quater du code pénal.
Par ailleurs, le natif de Bizerte fait l’objet d’une procédure en civil pour avoir investi l’espace aérien national sans autorisation de voler.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here