Justice – Un insomniaque attaque le ministère de l’agriculture pour insuffisance de moutons à compter

0
502

L’histoire de Mondher Ghodhben aurait de quoi faire sourire si elle n’était pas à l’origine d’un véritable calvaire pour ce dernier. En effet, suivant le conseils avisés de son avocat, Maître Rebah Belkadhi, il a formulé un recours en justice par lequel il engage la responsabilité in solidum du ministère de l’agriculture et de Morphée dans l’état de insomnie prolongée dont il souffre, et qui altère sérieusement sa qualité de vie.

Un calvaire sans fin

Incapable de dormir convenablement depuis plusieurs semaines, ce quadragénaire de Jbeniena a entamé une véritable descente aux enfers. Après avoir essayé toutes sortes de somnifères et autres tisanes, puis visionné l’intégrale de Derrick sans succès notable, il s’est résolu à opter pour la méthode mondialement reconnue et éprouvée du comptage de moutons, afin de pouvoir renouer avec les joies du sommeil. Grand mal lui en a pris puisque il n’a jamais réussi à aller au bout de la démarche, faute de cheptel ovin disponible en nombre suffisant. D’après son avocat, Mondher n’a jamais pu aller au delà de 35 729 moutons comptés au meilleur des cas, ce qui équivaut à 1 heure et 21 minutes de comptage. Une fois ce chiffre atteint, l’insomniaque infortuné tombait à court de moutons, ce qui rendait impossible toute tentative de sommeil. Eu égard à l’état de détresse physique et mentale dans lequel se trouve ce père de famille de 42 ans, une action en justice était inéluctable afin de mettre le ministère de l’agriculture devant ses responsabilités.

Un ministère dépassé par les événements

Joint par téléphone, le porte-parole du ministère a tant bien que mal essayé de nous expliquer les tenants et les aboutissants de cette affaire. D’après lui, c’est la combinaison de plusieurs facteurs qui à l’origine de l’insomnie: « La situation de Si Ghodhben est le fruit d’un malheureux concours de circonstances qui ne peut en aucun cas être imputé au ministère. Vous n’êtes pas sans ignorer que la période du Aïd el Idh’ha représente une véritable hécatombe pour nos amis les moutons. Vu la crise qui frappe le secteur agricole et le manque des réserves en devises (NDLR : empêchant une importation massive), le cheptel met désormais beaucoup plus de temps à revenir à son niveau d’avant Aïd. Il ne faudrait pas non plus occulter le phénomène de prédation qui a pris une autre dimension depuis la révolution. En fait, l’ennemi naturel du mouton dans la chaîne alimentaire n’est autre que l’agent de la garde nationale qui en procède à la confiscation, s’en servant comme un moyen de racket exercé sur les transporteurs en excès de charge. A ces deux éléments, vient s’ajouter un dernier, à savoir la santé chancelante de l’économie nationale. Cette mauvaise posture de l’économie a miné le moral des tunisiens, multipliant le nombre d’insomniaques par 13 et faisant vertigineusement chuter la moyenne nationale de moutons à compter/citoyen/plancher habitable. »

Des solutions existent   

N’étant pas insensible au drame vécu par Mondher, notre interlocuteur n’a pas été avare en recommandations: « Malgré la difficulté de la situation, des solutions de contournement existent: une fois son quota de moutons comptables épuisé, Si Mondher pourrait très bien continuer le processus de comptage sur le cheptel bovin et caprin, voire même sur celui des Renault Symbol. Renault SymbolL’omniprésence de cette dernière sur nos routes pourrait lui garantir de longues nuits de sommeil des années durant. » Ces propos ne semblent pas avoir convaincu Mondher Ghodhben qui compte maintenir sa plainte. Aux dernières nouvelles, celui-ci envisagerait l’essai d’herbes aux vertus apaisantes bien connues, prenant ainsi le risque de « compter les Vespa en prison au pire des cas » selon ses propres dires.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here