C’est un cuisant revers que vient d’essuyer la diplomatie américaine en maintenant officiellement son ambassade des Etats-Unis à Tel aviv, alors que son président se gargarisait ouvertement il y a quelques heures à peine du succès de son passage en force.

En effet, et contre toute attente, Donald Trump s’est finalement résigné à faire marche arrière, lui qui a obstinément tenu tête à tous les grands de ce monde. Et pour cause, c’est au bureau régional de l’UGTT de Jendouba que l’on doit cette déconvenue historique de la diplomatie du pays de l’Oncle Sam.

Suite à un communiqué officiel datant du 7 décembre dernier, le représentant de l’UGTT à Jendouba a mis les petits plats dans les grands en appelant l’ensemble des opérateurs publics et privés de la région à faire grève le lendemain, pendant pas moins de deux heures. Face au caractère radical de cette décision, et eu égard à ses impacts socio-économiques sur les intérêts américains, la diplomatie américaine a du tempérer ses ardeurs dans un premier temps, inquiète de la chute vertigineuse de la cote de popularité de Trump depuis l’annonce de l’UGTT, avant de renoncer publiquement à reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israel.

Cette capitulation surprise serait intervenue suite à l’annonce d’un nouveau mouvement de grève entamé par un jardin d’enfants à Raoued, immédiatement suivi par un pressing à Dubosville (aka Dibouzeville), puis par une boutique de location de robes de mariage à Mourouj IV.

Tel un David triomphant de Goliath, l’UGTT a prouvé si besoin en était que changer le monde n’est pas une question de moyens, mais de culot.

La rédaction

1 COMMENT

Réagir