C’est dans son peignoir d’un blanc immaculé qu’Aziz M. nous accueille dans son coquet petit loft de la banlieue sud de Tunis.

Ce jeune ingénieur informatique de 25 ans au physique ingrat est fier de nous parler de sa success story. « Il y a deux ans encore, ma vie sexuelle se résumait à des vidéos, du lubrifiant, de l’essuie-tout et beaucoup d’efforts de la main droite. Puis j’ai eu l’idée de développer cette fausse application et là, j’ai complètement switché », nous confie-t-il fièrement en rajustant l’élastique de son slip léopard.

Ce DSK des temps modernes a eu une idée de génie : proposer aux filles de sa liste une application leur permettant de voir qui a visité leur profil en échange de gâteries sexuelles. Le succès a largement dépassé ses espérances – notamment sur le segment des profils à pseudo pourri du genre « mimita ta7founa » et « marwa marwita » qui, comme tout le monde le sait, servent de couverture à de « grosses salopes folles de bite » (dixit Ramzi Clubistino, un facebookeur tunisien influent). « Ces filles souffraient de ne pas avoir de feedback sur les photos d’elles bouche en cul-de-poule, caftan décolleté, bikini et pieds manucurés. » Selon le décompte qu’il tient méticuleusement, Aziz M. en serait à 786 conquêtes en un peu moins de deux ans.

Grâce à cette application qui leur promet des statistiques précises sur les personnes visitant leur profil, ces jeunes filles ont désormais la possibilité de classer leurs amis FB dans plusieurs catégories : « mec qui veut me sauter », « copine jalouse », « copine lesbienne », « oncle-gros dégueulasse », etc.

Aziz a eu l’intelligence de leur proposer, en plus, des simulations (avec graphiques et camemberts précis par post et photos FB), ce qui lui a permis de convaincre les dernières réticentes – notamment celles ayant mis des sourates du Coran en lieu et place de photo dans leur profil.

Cet exemple est la preuve qu’une vie sexuelle de star du porno n’est pas forcément liée à un physique avantageux ou à un compte en banque bien garni.

Nous sommes fiers de ce nouveau succès d’une de nos jeunes compétences et espérons que cet exemple de réussite fera des émules au sein de la jeunesse tunisienne.

Réagir