Les forces de la garde nationale ont procédé dimanche à l’arrestation d’un jeune homme de 32 ans originaire de la région de Bousalem (gouvernorat de Jendouba), après l’avoir surpris en flagrant délit alors qu’il entonnait la chanson de Manel Amara « Kattoussi ».

L’arrestation est survenue dans un café de la région, le serveur a remarqué le jeune homme assis tout seul à une table, et malgré la distance qui les séparait, il pouvait lire sur ses lèvres les paroles de la chanson. « Au début je n’y ai pas cru, je le voyais entrain de tranquillement siroter son capucin , mais quelque chose était différent ce jour là. Il avait dit non à une partie de chkobba, laissant ses trois amis dépités, et c’était louche. J’ai longtemps hésité, mais j’ai finalement pris mon courage à deux mains et appelé le 197. »

BN9075300Manel Amara en train de braquer une banque

Alertées, les forces de l’ordre n’ont pas tardé à appréhender l’individu en le sommant de se taire immédiatement, chose qu’il n’a pas réussi à faire tout de suite, mettant ainsi sa vie et celles des autres habitués du café en danger, lorsqu’un agent a dégainé son arme pour tirer. « Nous connaissons tous leur  « capacité » à viser. », nous a confié Am Salah, le propriétaire du café.

Quant aux parents du suspect, ils étaient désemparés, ne comprenant pas comment leur seul et unique fils ait pu « virer du côté obscur de la force » selon son père, un fan de Star Wars, qui enchaîne : « J’aurais dû m’en douter, les posters qu’il a accroché dans sa chambre étaient très suspects. Et dire qu’il nous a roulé dans la farine pendant des mois en jurant qu’il les utilisait uniquement pour dissimuler le trou dans lequel il cachait ses bouts de résine de cannabis (zatla). »

L’enquête préliminaire a abouti à la conclusion suivante: Il existe tout un réseau dans la ville de Bousalem comprenant, entre autres, un organisateur de fêtes qui comptait inviter la chanteuse à se produire au cours d’une série de cérémonies de circoncision dans la ville.

Autre détail et pas des moindres, des témoins l’auraient entendu chanter « Naamelek el Boukhoukhou » sous la douche et dans des soirées arrosées, ce qui confirme la thèse du multi-récidivisme.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here