Imam le jour, super-héros la nuit. La vie incroyable d’un prédicateur pas comme les autres

0
1891
Photo récente de Sléheddine Aabeda.

« Je ne suis qu’un simple humain parmi les humains. Je me définis avant tout comme un citoyen qui agit de façon locale pour le bien de sa communauté. »

Depuis six mois, Sléheddine Aabeda, imam de la mosquée « El Amal » à l’Ariana, a été aperçu par plusieurs témoins en train de rôder dans les quartiers de la ville en pleine nuit. D’ordinaire, en « jebba » traditionnelle, l’imam a semble t-il choisi un habit afghan pour ses balades nocturnes.

« Vous savez, le costume est primordial pour un super héros. Je n’ai pas choisi le mien par hasard: le qamis symbolise la prise de conscience, l’élévation de la pensée, l’abandon de la servitude… »

Habitué à faire de longues promenades après la dernière prière de la journée, il avait, peu à peu, commencé à remarquer les signes de la fin du monde, sur le chemin entre sa résidence en face du café « chebeb » et son lieu de travail, la mosquée « El Amal »: des femmes en pantalon, des jeunes qui écoutent de la musique (avec certains allant même jusqu’à se dandiner sur des mélodies occidentales), des chômeurs qui remplissent des bulletins de promosport… C’est le jour où il a été approché par un jeune lui demandant son avis sur le match Grombalia Sport/Jridet Tozeur que tout a basculé…

Depuis, Sleheddine Aabeda s’est mis en tête de protéger sa ville en combattant tous les signes précurseurs de l’apocalypse. Son pouvoir? Son répertoire téléphonique. Dès que l’imam/super héros aperçoit une femme marcher dans la rue de nuit, il décroche son appareil et appelle ses amis salafistes pour venir lui inculquer les bonnes valeurs. Une gargotte de « m’raweb » destinée aux ivrognes? Il passe un coup de fil au maire nahdhawi et le commerce anarchique est immédiatement détruit. Des jeunes en train de boire dans un coin de rue? L’imam appelle le chef du commissariat du coin. Ceci dit, ce pouvoir n’est pas efficace contre tout le monde. En effet, certaines personnes possèdent des contacts hauts placés et sont donc immunisées contre les coups de téléphone de l’imam. Dans ce cas, il a recours à un pouvoir plus dévastateur: se rendre au local d’Ennahdha à Montplaisir.

« Tout se passe pour le mieux depuis que j’accomplis cette mission divine, la fin du monde devra attendre. »

N.B: Nous venons d’apprendre l’arrestation de Sléheddine Aabeda au moment où nous écrivons ces lignes. La brigade anti terroriste a retrouvé 43 kalashnikovs, 15 missiles RPG, 130 grenades ainsi qu’un grand stock de munitions et le dvd du film kick ass entreposés dans la salle de sport Khilafa club adjacente à la mosquée « El Amal ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here