Il vote Mustapha Kamel Nabli puis sort promener sa femme et fait l’amour à son chien

0
1483

Plus de 6000 tunisiens ont voté pour Mustapha Kamel Nabli, candidat qui s’est publiquement retiré de la course à la présidentielle plusieurs jours avant la date des élections.

Mosaab Khajja, 53 ans, banquier, marié et père de 3 enfants fait partie de cette minorité incomprise. Nous avons rencontré cet illustre citoyen à la sortie de son bureau de vote.

Après nous avoir fait part du nom du candidat devant lequel il a coché une croix, une question nous est immédiatement venue à l’esprit: « Est t-il raisonnable de se lever tôt un dimanche pour aller gâcher sa voix de cette sorte ? » En guise de réponse, M. Khajja a retoqué d’un ton sec : « Mon choix a été fait depuis un bon moment. J’ai longuement hésité entre M. Zouari, M. Hached, M. Ayadi et M. Nabli. J’ai fini par opter pour « MKN », classe et compétence! » Suite à cette discussion, nous avons convenus de passer la journée avec le bonhomme dans le but de mieux comprendre les raisons derrière un tel vote.

Arrivé devant chez lui, M. Khajja préfère emprunter la fenêtre pour accéder à son domicile. Une fois à l’intérieur, il s’assoit en tailleur sur une des trois télés à écran plat placées à même le sol. Un canapé d’angle rouge sang est installé en face. Il se met à le fixer longuement avant de nous confier son intention de « changer de chaîne ». C’est là qu’il récupère un vieux paquet de cigarettes posé par terre, le place dans sa main puis allonge le bras vers le canapé tout en tapotant dessus. Quelques minutes plus tard, il soulage une envie pressante en cuisine dans une casserole prévue à cet effet.

Un bruit de serrure attire notre attention, c’est Mme Khajja qui pousse la porte d’entrée et nous rejoint au salon. Tendrement, il lui caresse les cheveux avant de lui passer une laisse autour du cou. D’un geste ferme, il la traîne dehors et commence à faire le tour du quartier.

Une demi heure plus tard, le couple est de retour à la maison. Leur chien Mokkacino semble tout content de retrouver ses maîtres. M. Khajja monte à son bureau puis revient avec un objet emballé dans du papier cadeau.  « C’est pour toi Moka, Miss Dior, ton parfum préféré! » Le chien est ému aux larmes, il n’arrive pas à aboyer. « Ne dis rien » lui chuchote M. Khajja à l’oreille avant de le prendre dans les bras pour l’emmener dans une chambre au premier étage.

Quelque peu gêné par la situation, notre journaliste a essayé de fuir discrètement par la porte de la cuisine. Mais c’était sans compter sur le sens de l’hospitalité de Mme Khajja qui a rapidement rattrapé notre correspondant en lui tendant des « M’batten » : « Brabbi goûtez-moi ce régal avant de partir. Mokkacino est un véritable cordon bleu. Allez-y ça sort tout juste des cuvettes… »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here