Tunis (LerPesse)

Human Rights Watch a organisé ce matin une conférence de presse de grande envergure. Les responsables de l’ONG veulent sensibiliser l’opinion publique tunisienne par rapport à la sauvegarde du dernier tunisien à s’être marié par amour, une espèce menacée d’extinction.

“Selon nos dernières études, les tunisiens s’accouplent dans 95% des cas par intérêt. Cette tendance à systématiquement rechercher ses intérêts personnels chez les futurs conjoints, peut être observée chez les individus de sexe mâle comme chez les femelles. Pour les 5% restants, il s’agit d’accouplement pour l’accouplement ” assure Mme Guellali, responsable de HRW en Tunisie qui ajoute: “Nos experts sont formels: les tunisiens ne possèdent pas les gênes permettant le développement des régions du cerveau responsables des sentiments amoureux.”

La découverte d’un tunisien qui s’est marié par amour représente donc une découverte majeure. Il s’agit maintenant de préserver le dernier spécimen d’une espèce que l’on croyait disparue. “il va bien, il s’entend bien avec sa conjointe, il est bien intégré dans sa communauté, espérons que ça dure..” concluent les responsables de HRW  qui  préfèrent rester prudents face à la question épineuse concernant l’appartenance de la conjointe à la même espèce que le concerné.

Réagir