HAICA/Ouled Moufida : Pas plus de trois sodomies, cinq joints roulés, deux bébés assassinés, et une scène SM par épisode

0
3317

De notre envoyé spécial au siège de la HAICA

Ce qui devait finir par arriver arriva : la HAICA vient de mettre en garde Sami Fehri et sa société de production 8 Production, différents dépassements ayant été constatés lors de sa série ramadanesque « Ouled Moufida ». Jusque là le public familial tunisien avait fini par s’habituer aux scènes d’adultères, viol en réunion, prostitution et proxénétisme aggravés sur la personne d’un mineur membre de sa famille, trafic et consommation de stupéfiants somme toutes assez communs dans les feuilletons ramadanesques tunisiens.

Cependant le feuilleton Ouled Moufida a dépassé encore une fois les limites de la bienséance et des valeurs arabo-musulmanes de notre société avec la fameuse scène du thermos dont tous les réseaux sociaux se font l’écho aujourd’hui. Alertée par un commerçant spécialisé dans la vente et la location de thermos qui voit dans cet épisode une menace sans précédent pour son business, la HAICA vient de transmettre une mise en garde à l’équipe de 8 Production afin de limiter les scènes choquantes pour une partie du public tunisien. Ainsi sami fehri et son équipe devront désormais se limiter à 3 sodomies, 5 joints roulés, 2 bébés assassinés, et 1 scène SM par épisode.

Le plaignant qui salue cette initiative de la HAICA, est très inquiet pour la mauvaise image donnée par l’éjaculat de l’un des protagonistes du film transporté dans le thermos. « vous m’imaginez recommander mes modèles à une jeune maman pour y mettre le lait pour ses enfants ? ou conseiller mes produits pour y conserver le café chaud après cette scène si dégoûtante ? »

Du côté de 8 Production que nous avons contacté par téléphone, les équipes s’insurgent contre ce “nouveau coup porté à la liberté d’expression 5 ans après une révolution dont c’était le principal leitmotiv”. « On nous a interdit de mettre en scène la zoophilie, puis la nécrophilie, pour maintenant nous censurer aussi sur les éjaculations faciales ? Il faut que les autorités comprennent que ce que nous dépeignons n’est que la réalité de la société tunisienne d’aujourd’hui et que ce n’est pas en se voilant la face que nous avancerons »

Sami Fehri promet de faire un recours contre cette décision qu’il juge inacceptable et abjecte. Les derniers épisodes de la série seraient même menacés sachant que d’après certaines indiscrétions dont nous avons eu vent, la chute et le dénouement de la série se trouveraient justement dans une scène d’éjaculation mal maîtrisée lors d’une partouze collective dans la cave d’une mosquée de banlieue.

La Rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here