Festival de Carthage : La clé de sol donne le la des reconversions

0
1302

C’est en découvrant la programmation de Kafon et de Latifa Arfaoui que la clé de sol a pris la décision d’annoncer, par la voix de son imprésario, qu’elle boycottait le festival de Carthage et mettait fin à sa carrière. Les notes abandonnées ont à leur tour annoncé l’arrêt de leur collaboration dans les partitions de ce festival centenaire. « C’est le do courbé et le fa au sol que le si a mi son a ré aussi », pouvait-on lire dans le communiqué commun de la portée.

Kafon, qui avait tenu des propos insultants à l’égard de cette clé indispensable (« mifta7 essol gabi gabi ») a réagi sur les ondes de RTCI. « J’ai pas moi chanté contre argent reggae ici là bas », a-t-il protesté, relançant ainsi le débat sur la réforme de l’enseignement et provoquant, dans la foulée, le renvoi du dernier animateur de la chaîne.

Dans le même communiqué, la clé de sol évoque son avenir et sa prochaine reconversion en décapsuleur de bière (un créneau lucratif, dans un pays où la musique et les voix deviennent tolérables au bout de quelques canettes – ndlr).

Un tournant qui n’est pas aussi évident pour les autres notes. Le do va se lancer dans une carrière solo, avec un disque de ballades pour enfants à un accord « do do do do bébé » déjà enregistré et bientôt dans les bacs.

Le ré a quant à lui décidé de subir une chirurgie de réassignation sexuelle pour devenir « la raie » et se faire ainsi le chantre d’une partie de l’anatomie parmi les plus convoitées par l’homme.

Le mi a vendu son appellation pour une marque de pain déjà mondialement connue, « le pain de mie », ce qui devrait lui permettre de toucher de confortables royalties.

Abandonné par sa clé, le sol a rejoint les milieux aquatiques et s’est fait poisson. Une conversion réussie, qui promet à la nouvelle Sole, grillée ou panée, un brillant avenir dans les assiettes des petits et des grands.

Mais la conversion la plus réussie est celle du si. S’emparant d’une vieille tradition invoquée chaque fois que l’on veut interpeller quelqu’un, le si s’est installé dans l’expression « si zebbi », où, aux dernières nouvelles, il se porte comme un charme. « Je ne pouvais pas trouver mieux pour relancer ma carrière, a-t-il déclaré à notre reporter. Aujourd’hui, je suis incontournable dans toutes les conversations. »

Seul bémol à ce tableau: les fa et les la cherchent encore un partenaire. Ils espèrent convaincre Fel de se séparer d’Ation pour s’associer à leur projet de nouvelle cuisine. « Falafel » pourrait voir le jour d’ici peu…

Devant ce forfait collectif, l’organisation du festival a fait appel à une clé à molette pour assurer l’intérim.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here