Dans la lignée de l’hommage rendu par Elyes Fakhfakh à Hammadi Agrebi en donnant son nom au Stade Olympique de Radès pour saluer sa mémoire, voilà que le Chef du Gouvernement Démissionnaire décide d’adopter la même stratégie à l’échelle nationale pour améliorer la situation catastrophique du pays.

En effet, le natif de la Nouvelle Oslo (nouveau nom de la ville de Tunis depuis hier) a unilatéralement changé le nom de la Tunisie en “Norvège” en dernier recours pour sauver le pays de la faillite, de la guerre civile, des méduses et d’un éventuel nouveau clip de Walid Nahdi.Les gouvernements qui se sont succédé depuis 2011 ayant pratiquement tout essayé pour développer le pays comme pardonner aux hommes d’affaires véreux, réhabiliter les terroristes, embaucher les coupeurs de routes, etc. Mais rien n’y fait face à l’acharnement suspect du bon sens qui a poussé la Tunisie dans ses derniers retranchements ne laissant au gouvernement actuel que le choix du naming qui consiste à donner le nom d’un pays qui réussit à un autre pays en espérant que ça opère un changement radical dans le fonctionnement de l’administration, de l’économie, des mentalités et de la gestion des ordures.

Une solution qui semble prometteuse en dépit du fait qu’elle n’ait jamais marché ni été essayée par le passé et qu’il n’y ait aucune preuve d’une quelconque incidence sur quoi que ce soit dans n’importe quelle région du globe.

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici