La visite de Mehdi Jomâa aux États-Unis commence à porter ses fruits, prenant de revers tous les détracteurs du chef de gouvernement tunisien. M. Jomâa, à l’initiative de son conseiller en tourisme, et non sans une certaine hésitation, a tenu lors de l’entretien téléphonique qu’il a eu avec M. Obama depuis une cabine à deux rues de la Maison Blanche, à faire écouter à ce dernier le message promotionnel de Mme la ministre du tourisme de la république tunisienne, Mme Karboul. Quant aux photos publiées sur les réseaux sociaux et illustrant la rencontre Jomâa-Obama, inutile de préciser qu’elles sont le fruit d’un photomontage flagrant, selon nos experts du service photoshop de LerPesse.

« Ce fut le point culminant de cette visite, nous confie l’un des proches collaborateurs du premier ministre tunisien. En effet, nos efforts pour convaincre les USA de nous octroyer une quelconque aide avaient jusque là échoué. MJ, comme aime à l’appeler M. Obama, en référence au roi de la pop, a même chanté le célèbre tube « the way you make me feel » de la star américaine, mais en vain. Il était perdu, et n’avait plus d’autre choix que de proposer d’effectuer les réformes demandées par la banque mondiale dès son retour en Tunisie, il est même allé jusqu’à proposer de mettre la banque centrale de Tunisie sous contrôle direct de Goldman Sachs (ce qui serait selon nos sources la raison du déménagement des locaux de MJ de la Kasba à Bardo, laissant le siège du premier ministère au géant de la finance).

Heureusement, M. Larbi Chatti, conseiller touristique de MJ, a eu l’idée de génie de faire écouter à M. Obama le clip de Mme Karboul. Séduit par la voix suave de l’atout charme de notre gouvernement, M. Obama a décidé de sauter le pas et a commandé un pass familial pour la prochaine édition des dunes électroniques, en échange de deux chasseurs dernier cri (qui serviront à bombarder chaque semaine la faune et la flore du Chaambi), condition imposée par notre chef du gouvernement. La vidéo a eu un tel succès que Michelle Obama a demandé à la voir, chose faite il y a quelques heures. Il s’en suivit une conversation téléphonique entre les deux femmes, Mme Obama ayant jeté son dévolu sur le tissu de rideau que portait Mme Karboul en guise de t-shirt ainsi que la machine à café lavazza, en avouant qu’elle croyait que la Tunisie était un pays où les hommes se déplaçaient à dos de dromadaire et se mangeaient entre eux.

Il est à signaler cependant que M. Obama, sentant qu’il s’était fait avoir dans ce deal, a fait savoir à notre chef du gouvernement qu’il devra quand-même appliquer tout ce qu’il nous a été dicté par les instances financières internationales, faute de quoi il nous enverrait les mêmes F-22 pour « nous apporter la démocratie ». Il a ensuite précisé qu’il rigolait, mais pas trop quand-même.

Réagir