Le weekend sanglant qu’a connu la ville de Marseille a donné lieu à de nombreuses spéculations sur les raisons de la désignation de la cité Phocéenne pour accueillir le match Angleterre-Russie. Les commanditaires de ce choix saugrenu n’ont pas tardé à couper court à cette polémique.

En effet, dans un communiqué de deux pages, Daech a revendiqué “ce choix délibéré” de faire jouer l’Angleterre et la Russie à Marseille le but étant de déstabiliser le pays et d’interdire la vente de Pastis : « Tous ces païens adeptes du ballon rond devront arrêter de consommer ce breuvage infecte et de se rendre dans les bars miteux qui le servent. » Selon Abou Porte D’Auteuil, chef de la branche événementielle de Daech qui a expliqué dans une vidéo les étapes qui ont permis la réussite organisationnelle de cet « attentat de masse ».

Tout aurait été planifié depuis l’été dernier avec la facilitation de l’arrivée de Karim Rekik à l’OM à travers des recruteurs infiltrés au sein même de l’équipe pour « faire monter la pression dans la ville tout au long de la saison grâce aux performances pitoyables du défenseur ». Le tirage sort de la compétition, pipé à l’aide de boules de Bingo radicalisées après un passage dans une maison de retraite en Syrie, a été le point d’orgue de la préparation de l’attentat en mettant aux prises anglais (à majorité protestante) et russes (alcoolo-orthodoxes pour la plupart) à Marseille garantissant ainsi un chaos total alimenté par les tensions ethnico-religieuses et les provocations politiques des deux camps et assez courantes dans ces régions du globe.

Un coup sournois réussi par Daech qui ne compte pas en rester là; selon des sources sécuritaires, le groupe terroriste compte favoriser, par un jeu de titularisations suspectes et dévastatrices, une demi-finale Hongrie – Pologne, ce qui pourrait présager du pire pour la suite de la compétition.

La Rédaction

Réagir

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.