Bonne nouvelle pour les amoureux des gros animaux fainéants n’ayant aucune envie de procréer : la WWF vient d’annoncer que le panda géant n’est plus une espèce en voie d’extinction.
Cette information capitale publiée il y a une semaine sur le site de l’ONG a démontré qu’une bonne campagne de communication à coups de logos stylés peut miraculeusement sauver les espèces en danger. Cela permet à la WWF de changer de logo pour se concentrer désormais sur d’autres créatures moins médiatisées que l’énorme mangeur de bambou atteint de vitiligo.
C’est ainsi que le conseil d’administration de l’ONG a été fixé sur une illustration d’un tormento pabulum, plus communément appelé « enfant syrien » pour remplacer le fameux logo du panda. En effet, selon des statistiques de la WWF, l’enfant syrien serait une espèce fortement menacée d’extinction du fait de sa fragilité, sa reproduction quasi nulle et la destruction de l’ensemble de son habitat naturel (c.f. La Syrie) par les adultes qui restent ses principaux prédateurs naturels. Les tentatives de migrations saisonnières se sont soldées par une hécatombe à cause de l’absence du caractère amphibien au sein de l’espèce et de la présence d’autres adultes hostiles dans ces nouveaux habitats de substitution.
Face à cet acharnement de la sélection naturelle contre l’enfant syrien, seule cette initiative de changement de logo pourrait le sauver ou, du moins, nous laisser un souvenir de son éphémère passage sur terre en cas de disparition.
La Rédaction

Réagir