C’est en grandes pompes que s’est effectué ce weekend l’inauguration d’Instarnaque, un restaurant unique en son genre, puisqu’il propose à ses clients des plats factices, dont la vocation consiste à être pris en photo en vue d’une publication sur les réseaux sociaux.

Intrigué par le concept, Lerpesse a dépêché Miniar Labiedh  -sa chroniqueuse lifestyle- pour en savoir plus.

En arrivant devant le restaurant qui occupe une place de choix sur l’artère Hedi Nouira, on est immédiatement étonné par le nombre de personnes faisant la queue.
Nous demandons à voir le responsable. Nous serons accueillis par Insaf Mdhirah, fondantrice de l’établissement qui a accepté nous en ouvrir les portes.

La jeune trentenaire, fraîchement rentrée des États-Unis où elles a fait de brillantes études en marketing, nous affirme que l’offre de son restaurant est une réponse naturelle à un besoin qui va grandissant, à savoir prendre des plats succulents en photo et les publier sur Instagram, sans se trouver dans l’obligation de les manger après. 

Le restaurant propose un large choix de plats, des plus locaux aux plus exotiques, allant du couscous au hamburger, en passant par les sushis. Pour préparer son offre, Insaf s’est tournée vers des plasticiens diplômés de l’école des beaux arts, qui lui ont fabriqué des plats plus vrais que nature!
Pour mettre ses clients dans les meilleures conditions, le restaurant se dote des fauteuils confortables et met à la disposition de la clientèle des appareils photos connectés au wifi, afin qu’ils puissent publier leurs photos immédiatement. Autre détail sympathique, les tables de l’établissement arborent fièrement des sérigraphies des désormais incontournables hashtags #Instafood, #Yummy, #Instabenna et #Foodporn, pour le plus grand plaisir des clientes qui se prêtent volontiers au jeu.

La gérante se dit satisfaite par le démarrage de l’activité (malgré une scène de crêpage de chignons entre deux clientes désirant se prendre en photo avec le Banoffee), et pense déjà aux améliorations à apporter au concept. Entre autres, elle n’exclue pas de proposer des rafraîchissements et des snacks aux clients qui auraient un petit creux en plein shooting.

La rédaction

Réagir