Face à la flambée des prix du gaz dans le monde, l’Union Européenne tente par tous les moyens de diversifier ses sources d’approvisionnement tout en tenant compte des défis climatiques et de la nécessité de développer des énergies plus respectueuses de l’environnement.

En effet, suite à l’invasion de l’Ukraine, l’Europe des Droits de l’Homme se trouve obligée de fustiger les méthodes brutales du régime russe et de se tourner, pour assouvir leurs besoins fossiles, vers des régimes tout aussi brutaux mais se contentant de martyriser des peuples beaucoup moins glamour que les ukrainiens.

Ceci sans compter sur la pression que subissent les dirigeants européens sur le plan local pour faire la transition écologique notamment par l’utilisation de l’énergie solaire ou éolienne. Pourtant, ces énergies dites « vertes » ne sont considérées que des arguments électoraux utilisés pour attirer les électeurs blancs de moins de 35 ans culpabilisant tellement de manger autant de ressources que 5 générations de yéménites qu’ils croient que le salut de la planète dépend fortement de l’acquisition d’une Tesla et de la consommation de graines de quinoa sur la place publique.

L’Union Européenne vient donc de proposer un projet de loi qui vise à légaliser l’utilisation d’une source d’énergie ancestrale, écologique et efficace : l’Homme de couleur.

Un des avantages de cette énergie ayant fait la prospérité du Vieux Continent c’est sa disponibilité et son faible coût d’extraction. En effet, l’Homme de couleur recouvre jusqu’à 7 % des surfaces habitables en Europe et est principalement acheminé gratuitement vie de petites barques de fortune à sa propre charge.

Le savoir-faire millénaire des européens en matière d’esclavage (NDLR : terme désignant l’exploitation de cette ressource) ainsi que l’absence de contraintes morales et la faible empreinte carbone de cette ressource pourraient accélérer son adoption en tant que source d’énergie primaire en Europe.

L’UE a, par ailleurs, fixé les secteurs pour lesquels sera utilisé l’Homme de couleur selon son degré d’hybridation et la prédominance de la mélanine sur son épiderme comme faisaient les ancêtres avec un réussite indéniable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici