Drame – un mégot dans la dernière canette de bière de la soirée

0
2749

La soirée se déroulait merveilleusement bien pour Souheil, 29 ans, célibataire et employé de centre d’appel depuis bientôt 25 ans. Le jeune homme avait décidé de participer à une soirée « Champions’s league » organisée par un collègue qu’il avait toujours considéré comme anormal, car non dépressif en dépit de ses dix années passées en centre d’appel.

« L’ambiance était détendue ; nous avions huit koudiats et cent vingt-cinq canettes de bière pour six personnes, raconte Souheil, le sourire aux lèvres. Je me sentais d’autant plus à l’aise que je venais de découvrir, à ma grande surprise, qu’il y avait bien, finalement, une tendance dépressive chez notre hôte, qui m’avait avoué être supporter du Stade Tunisien. Vers la seizième minute du match, nous avons décidé d’éteindre la télévision et de lancer le best of de Cheb Nasrou. Il faut dire que nous avions terminé le vin et entamé la deuxième caisse de bières. »

La soirée se poursuit dans une ambiance festive, avec, notamment, des versions a cappella des meilleurs titres de Lotfi Jourmana et de La7bitri. Le drame survient peu avant minuit, lorsque Souheil finit par dénicher une canette pleine parmi tous les cadavres éparpillés dans le salon et la cuisine. « Je vous jure que ça a été un des meilleurs moments de ma vie. Tomber sur une canette pleine en fin de soirée, ça relève du miracle ! ». Les yeux remplis de larmes, le jeune homme enchaîne : « Le goût ne m’a pas semblé suspect. J’ai bu toute la bière en trois gorgées, j’étais euphorique ! Et là, tout d’un coup, à la dernière gorgée, je sens quelque chose de solide dans ma bouche… »

Submergé par l’émotion, Souheil interrompt notre entretien. Il se lave le visage et récite sourat Al Fat’ha, puis il reprend. « C’était, c’était… un mégot. Vous rendez-vous compte ! Un mégot ya dine***b ! » Visiblement incapable de poursuivre son récit, il met un terme à l’interview.

Aujourd’hui Souheil attend beaucoup de l’ARP qui doit voter cette semaine une loi permettant d’indemniser les victimes de mégots dans des canettes de bières remplies. « L’ascenseur émotionnel terrible que vivent ces personnes est semblable à ce qu’ont vécu ceux qui ont mis beaucoup d’espoir dans la révolution tunisienne. Nous comprenons leur souffrance et sommes totalement conscients des drames qu’elle provoque », a déclaré M. Abdelfattah Mourou,vice-président de l’ARP.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here