Drame. Il meurt étouffé en essayant d’inventer l’arabe verlan

0
1499

Ba7chlou9, balatkhouza3, B’ghaz. N’essayez surtout pas de prononcer ces mots au risque de subir le même sort que Sadri Jelagh, jeune linguiste tunisien de trente ans qui s’était donné un beau pari, celui d’inventer l’arabe verlan.

Diplômé chômeur, Sadri était convaincu de l’importance de créer une nouvelle langue inspirée de l’arabe dialectal. Il confiait à ses proches que la révolution tunisienne devait englober la culture. Il pensait que l’arabe verlan pourrait être le vecteur de cette révolution culturelle.

Le jeune homme a été retrouvé mort étouffé dans la nuit d’hier. C’est grâce à ses notes de travail que la police a pu percer le mystère de ce décès. Le jeune linguiste écrivait de longs textes en arabe verlan puis s’attelait à les lire à haute voix. La prononciation de certains termes lui a été fatale.

Aujourd’hui, on pense à sa famille à qui le président Moncef Marzouki a promis 0,9% des revenus de son prochain livre. Encore un jeune tunisien qui paie le prix de la révolution.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here