En ces temps de pandémie et de crise sanitaire tous les yeux sont braqués sur ce petit virus venu d’Asie le SARS-COVID-2 responsable de la maladie Covid19 aux conséquences extrêmement délétères sur la santé mais aussi et surtout sur l’économie mondiale.

Toutefois, cette pandémie ne doit pas nous faire oublier une autre, tout aussi dangereuse, mais installée depuis des années dans notre écosystème et aux conséquences autrement plus graves : l’exposition au Pantacourt.

Porté en général par les pères de famille, il est le complément idéal du bide et de la calvitie. Arboré fièrement sur les plages de la république, il peut être en lin, en coton ou pour les plus iconoclastes en treillis militaire. Comme chaque année l’OMF (Organisation Mondiale du Fashion) publie ses recommandations en détaillant les types de pantacourts détectés un peu partout et qui risquent de se disséminer à travers le globe. Cette année l’OMF a été particulièrement alarmiste au vu du confinement / déconfinement qui a entraîné un relâchement stylistique important et a donné lieu a des horreurs un peu partout sur Terre qui ont souvent fait souffrir les gens beaucoup plus que ce virus somme toute anodin pour 90% des personnes atteintes

La Tunisie qui a subjugué le monde par sa réactivité et sa gestion exceptionnelle du Covid19 ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et a donc décidé de mettre en place « la brigade Pantacourts » à l’instar de ses célèbres brigades Covid19 ou de la plus ancienne mais néanmoins efficace police de l’environnement. Cette entité nouvellement créée a été mise sous une triple tutelle : elle reporte au ministère de l’environnement, au ministère de l’industrie (dont dépendent les industries textiles) et à la municipalité de la Marsa (où résident 95% des fashionistas tunisiennes).

Et comme attendu cette brigade s’est distinguée d’entrée en repérant les quatre premiers cas de pantacourts sur la plage de Raoued ce samedi 20 Juin. Après investigation, l’un d’entre eux par l’intermédiaire de son avocat a montré qu’il s’agissait en fait de son pantalon remonté aux mollets (geste puni aussi par la brigade mais beaucoup moins grave … sauf s’il porte aussi des mocassins à pompons avec). Les trois autres individus ont par contre directement été mis à l’isolement pour éviter qu’ils ne contaminent proches et amis et déclenchent ainsi une vague de pantacourts sur nos plages qu’il sera difficile de maîtriser au vu des faibles ressources de notre pays. Deux d’entre eux sont dans un état stationnaire (le pantacourt peut être raccourci facilement et devenir un bermuda) par contre le 3ème est dans un état critique sachant que le pantacourt en plus d’être irrécupérable niveau taille, a aussi des poches sur le côté (2 de chaque côté). Des images insoutenables que les jeunes stagiaires de la brigade ont eu du mal à digérer.

L’inquiétude des autorités est bien sur très grande avec l’arrivée des TRE qui, une fois arrivés sur le territoire national, reprennent leurs bonnes vieilles habitudes et essaient souvent de se fondre dans le décor.

Mais cette année une nouvelle doxa semble avoir vu le jour au niveau de l’OMF : la prévention. En effet de récentes études scientifiques ont démontré que le port du combo short + boxer apparent a l’adolescence entrainait dans 62.6% des cas le port du pantacourt après mariage, et dans 98.7% des cas après le premier enfant. La brigade pantacourt distribue donc des prospectus aux jeunes accoutrés de la sorte sur les plages pour les inciter à changer d’attitude. Ces prospectus contiennent des photos d’individus arrêtés en pantacourt et ont l’air d’être aussi efficaces que les photos de poumons cancéreux sur les paquets de cigarettes. Cette année un warning spécial est d’ailleurs émis sur les Boxers apparents Calvin Klein qui semblent être un des facteurs de gravité les plus importants.

La Rédaction de Lerpesse souhaite donc de bonnes vacances à tous ses lecteurs et leur rappelle la règle de sécurité habituelle : si c’est trop long pour être un short et trop court pour être un pantalon contactez la brigade le plus rapidement possible.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici