Après de difficiles négociations avec les représentants turques au Conseil de Sécurité de l’ONU, il semblerait que l’OTAN ait enfin trouvé le moyen de faire passer ses soldats à Kobané en Syrie via la Turquie en toute sécurité.

Un document confidentiel tombé entre les mains d’une des femmes de ménage des locaux de l’organisation à Bruxelles atteste qu’un millier de soldats de l’OTAN s’est introduit sur le territoire syrien à travers la Turquie en se faisant passer pour des djihadistes. 

Ne disposant que de la voie aérienne pour essayer de stopper la progression des troupes de l’Etat Islamique (anciennement appelé Daesh), la coalition transatlantique avait besoin, dans un souci d’efficacité, d’envoyer des militaires au sol. Pour ce faire, les soldats choisis pour cette mission ont passé trois mois dans des camps d’entrainement sportif mis en place par Ennahdha aux environs du Mont Chaambi à Kasserine en Tunisie. Ils ont été hébergés par les meilleurs coachs en djihadisme du pays, M. Habib Ellouze et M. Sadok Chourou.

Joint par téléphone, Donald Peterburg, soldat de l’OTAN passé en Syrie déguisé en djihadiste nous fait part de son soulagement après la réussite de la mission: « Hamdoullah. M. Erdogan en personne est venu nous saluer à la frontière. Un succès que je dédie au Cheikh Rached Ghannouchi. Sob7anou 3azza wa jal… »

Se faisant maintenant appeler Abou Bayyoudh, Abou Gharb el kefer ou encore Abou Dommela, la plupart des soldats envoyés par la coalition semblent parfaitement s’accommoder à la vie dans le pays d’Aboubaker El Baghdadi. En effet, tous les combattants de sexe mâle ont très vite fini par lapider leur homologues féminines. Certains d’entre eux se sont déjà trouvés trois voire quatre épouses, d’autres sont devenus Imams à Mossoul.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, l’OTAN n’a toujours pas communiqué sur le sujet.

Affaire à suivre.

2 COMMENTS

Réagir