La mort d’un jeune poissonnier marocain broyé par une benne à ordures municipale, a provoqué, depuis hier, une vive indignation dans tout le Maroc voisin qui n’est pas sans rappeler un certain 17 décembre 2010 quand l’auto-immolation de feu Mohamed Bouazizi avait déclenché une vague de protestation qui a submergé la Tunisie. Craignant que l’incident d’Al Hoceima ne se reproduise chez nous, le premier ministre tunisien a tenu à rassurer ses compatriotes…

« Ce qui s’est passé au Maroc n’arrivera jamais en Tunisie » a déclaré Youssef Chahed à une foule de journalistes venue le questionner sur une éventuelle reproduction de l’incident en Tunisie avant de poursuivre « Je tiens à vous préciser que nous avons vérifié qu’aucun mécanisme de broyage ne fonctionne dans nos camions bennes et puis, après tout, depuis quand en voyez-vous ramasser des ordures en Tunisie? ». Une déclaration qui a eu le don de dissiper toutes les craintes des tunisiens de voir le pays s’embraser et de redonner confiance en une Tunisie toujours capable d’éviter les crises majeures par sa légendaire désinvolture.

Le gouvernement a, en outre, mis en place un plan d’action visant à immobiliser tous les camions bennes dans leur dépôt le temps que la situation se calme dans le Royaume. Les détracteurs de cette initiative fustigent cette forme d’inaction en rappelant que lesdits camions étaient immobilisés depuis le temps de Ben Ali tout en soupçonnant le gouvernement actuel de vouloir s’attribuer les mérites de ses prédécesseurs et de leur politique commune de gestion de déchets qui nous a, jusque là, évité plus de 2,4 morts (selon Sigma Conseil) par broyage depuis la Révolution.

La Rédaction

Réagir